La Chine est sur le point d’améliorer ses accords de libre-échange (ALE) actuels et envisage activement d’adhérer à l’Accord global et progressif de partenariat transpacifique (CPTPP) afin d’étendre davantage l’ouverture de son marché.

Ministère du commerce

L’Accord de partenariat transpacifique, aussi connu sous le nom de «Partenariat transpacifique» est un traité multilatéral de libre-échange signé le 4 février 2016, qui vise à intégrer les économies des régions Asie-Pacifique et Amérique.

Selon un responsable du ministère du Commerce (MOFCOM), les accords commerciaux ont joué un rôle vital dans la politique étrangère chinoise. Selon les données publiées par l’Organisation Mondiale du Commerce, plus de 350 ALE internationaux ont été conclus, parmi lesquels la Chine a signé 19 avec 26 pays et régions, a expliqué Wang Shouwen, vice-ministre du MOFCOM, lors de la conférence de presse.

«La Chine signera davantage d’ALE afin d’approfondir la politique d’ouverture», a indiqué ce dernier, ajoutant que le ministère accélérerait le rythme des négociations sur les nouveaux ALE, y compris l’ALE Chine-Japon-Corée et les négociations avec Israël et la Norvège.

«Nous envisageons activement de rejoindre le CPTPP», a-t-il déclaré. Dans le but de rechercher de nouvelles plates-formes pour promouvoir le libre-échange avec d’autres pays, le président Xi Jinping a déclaré que la Chine envisageait l’occasion de rejoindre l’Accord global et progressif de partenariat transpacifique, lors de la 27e réunion des dirigeants économiques de la Coopération économique Asie-Pacifique, en novembre 2020.

Par la suite, en février 2021, le porte-parole du ministère du commerce, Gao Feng, assurait que la Chine «mène activement des recherches sur l’adhésion au PTPGP.

Selon Gao Feng, «la Chine est prête à renforcer la communication technique et les échanges sur les questions pertinentes avec tous les membres du PTPGP».  

Wang Shouwen a déclaré que les ALE avaient joué un rôle vital dans le commerce extérieur chinois. En 2012, la part des ALE dans le commerce extérieur chinois n’a atteint que 12,3%, mais en 2020, elle a atteint près de 35%.

En 2020, l’épidémie de coronavirus a eu un impact important sur le commerce extérieur mondial, mais le commerce chinois avec ses partenaires ALE a encore augmenté de 3,2%, tandis que le volume avec les partenaires non-ALE n’a augmenté que de 0,8%, a expliqué le vice-ministre.

De plus, en 2020, près de 70% des investissements chinois à l’étranger étaient destinés aux pays de l’ALE, et 84% des investissements étrangers en Chine provenaient de partenaires de l’ALE.

«Les ALE ont resserré les relations économiques et commerciales de la Chine avec ses partenaires dans les accords, ainsi que la stabilisation du commerce et des investissements étrangers», selon le ministère.

Wang Shouwen a expliqué que le gouvernement moderniserait les zones de libre-échange et accélérerait la formation d’un réseau de zones de libre-échange de haut niveau, afin de soutenir l’initiative « la Ceinture et la Route ».