vendredi, mai 24

La Chine veut récupérer les étages de ses fusées réutilisables

La Chine développe un système singulier de filet pour réceptionner ses futures fusées réutilisables à l’atterrissage. Le pays espère lancer deux fusées réutilisables en 2025 et 2026.

Ainsi, les fusées chinoises ne se poseront pas sur des pieds, mais seront rattrapées par un filet. Cette idée est développée par la China Aerospace Science and Technology Corporation (CASC) qui développe un système d’atterrissage inédit pour sa fusée réutilisable.

Des fusées rattrapées par un filet, via une plate-forme en mer

Le premier étage de la fusée ralentira lors de sa descente par rétropropulsion, mais au lieu d’utiliser des jambes d’atterrissage pour se poser au sol, elle déploiera des crochets près de son sommet. Ces crochets seront alors attrapés par des câbles tendus sur une plateforme en mer, qui se resserreront lors de sa descente.

Le CASC prévoit de lancer deux fusées réutilisables en 2025 et 2026, jetant ainsi les bases de ses futures missions habitées vers la Lune d’ici 2030. Ces deux fusées ont des diamètres respectifs d’environ 4 et 5 mètres.

La plus grande pourrait être une variante du lanceur Longue Marche 10, qui mesure 92 mètres de haut et peut transporter 27 tonnes en transfert lunaire. Ce lanceur serait essentiel pour transporter les taïkonautes à bord du vaisseau spatial Mengzhou vers la Lune en 2030.

Objectif 100 lancements orbitaux en 2024

Principal contributeur des vols orbitaux chinois, le CASC a réalisé avec succès un essai de vol stationnaire avec décollage et atterrissage verticaux en 2023. Outre la CASC, d’autres entreprises travaillent sur des fusées réutilisables, telles que Landspace, CAS Space, Galactic Energy, Deep Blue Aerospace et iSpace.

La Chine compte réaliser 100 lancements orbitaux en 2024, contre 67 réalisés en 2023. L’Empire du Milieu se trouve en deuxième marche du podium, derrière les États-Unis (116 lancements en 2023).

Concernant la conquête lunaire, la Chine est parvenue à faire alunir la sonde Chang’e 4 sur la face cachée de la Lune en 2019, puis à ramener des échantillons sur Terre en 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *