Le marché de la richesse chinois reste résilient et continue de croître malgré l’impact de Covid-19, entraînant la croissance de la population aisée de la partie continentale de la Chine.

Cette population, y compris les investisseurs de masse (détenant des actifs liquides de 50 000 à 1 million de dollars américains) et les particuliers fortunés (HNW) (détenant des actifs liquides de plus de 1 million de dollars américains), devrait augmenter de 9,0 % pour atteindre 58,2 millions à la fin de 2021, a déclaré GlobalData, société leader dans le domaine des données et de l’analyse.

Selon l’analyse du marché de la richesse de GlobalData, le nombre d’individus aisés a enregistré un taux de croissance annuel moyen (TCAM) de 9,3% entre 2016 et 2020, passant de 36,6 millions en 2016 à 53,5 millions en 2020.

La Chine abrite la plus grande population aisée d’Asie et le deuxième au monde, derrière les États-Unis. En tant que point de départ de la pandémie de Covid-19, la Chine va toujours subir certains effets négatifs sur ses propres marchés d’épargne et d’investissement de détail en 2020.

Cependant, la forte croissance exceptionnellement des actifs financiers dont ont bénéficié les riches en Chine ces dernières années a subi une légère baisse, au début de l’année 2020.

A contrario, les premières ordonnances de lutte contre la pandémie ont fait ralentir l’activité économique, et le différend commercial de la Chine avec les États-Unis a causé des perturbations supplémentaires.

Ravi Sharma, analyste principal des services bancaires et des paiements, a expliqué qu’alors que «la Chine a été initialement touchée par Covid-19, le pays faisait partie des rares pays qui ont été en mesure de supprimer le virus dans une large mesure».

«Avec des infections négligeables, un redémarrage relativement précoce de l’activité économique nationale, des mesures de relance déployées par le gouvernement couplées à un secteur manufacturier accru pour l’exportation, la Chine a pu maintenir un rebond marqué de son marché global de l’épargne et des investissements au second semestre 2020», d’après l’analyste.

Raison pour laquelle, cette conjoncture a soutenu l’une des croissances les plus robustes de la population aisée observées dans le monde en 2020.

La résilience de la richesse de la Chine a été aidée par sa forte préférence pour les dépôts sur ses marchés d’investissement de détail, une caractéristique assez courante des marchés en développement et qui a protégé beaucoup de la perte de richesse subie par les investisseurs en actions ailleurs.

Cependant, GlobalData prévoit un léger glissement des dépôts parmi les investisseurs chinois vers les actions et les fonds communs de placement une fois la pandémie complètement éradiquée.

L’indice composite de la bourse de Shanghai s’est remis des pertes subies plus tôt dans l’année, l’indice boursier enregistrant une croissance de 13,9% en 2020, alimentant l’appétit pour les actifs plus risqués des investisseurs du continent. Cela soutiendra les prévisions optimistes que GlobalData a dessinées pour la Chine en 2021.

Pour Ravi Sharma, «2021 devrait être une année forte pour les investisseurs, y compris les riches chinois. Même si la Chine a commencé sa reprise plus tôt que le reste du monde, son économie et ses marchés financiers continueront de se développer, soutenus par sa récente libéralisation financière modeste qui augmente l’accès des étrangers à ses marchés de capitaux».