lundi, juillet 15

La déflation des usines en Chine s’intensifie à mesure que la demande diminue

Les prix départ des usines de Chine ont chuté au rythme le plus rapide en mai, depuis 7 ans, et plus rapidement que prévu. De plus, la baisse de la demande pèse sur un secteur manufacturier en ralentissement et assombrissant la fragile reprise économique.

Alors que la hausse des taux d’intérêt et l’inflation compriment la demande aux États-Unis et en Europe, la Chine est en revanche confrontée à une forte baisse des prix, les usines recevant moins pour leurs produits des principaux marchés étrangers, selon l’agence de presse, Reuters.

L’indice des prix à la production (IPP) de mai a chuté pour le huitième mois consécutif, en baisse de 4,6%, a annoncé vendredi le Bureau national des statistiques (NBS). Il s’agit de la baisse la plus rapide depuis février 2016 et supérieure à la baisse de 4,3 % dans un sondage Reuters.

« Le risque de déflation pèse toujours sur l’économie », a déclaré Zhiwei Zhang, économiste en chef chez Pinpoint Asset Management, dans une note. « Les indicateurs économiques récents envoient des signaux cohérents indiquant que l’économie se refroidit », a-t-il ajouté.

L’économie chinoise a progressé plus rapidement que prévu au premier trimestre 2023, mais les derniers indicateurs montrent que la demande s’affaiblit rapidement, les exportations, les importations et l’activité des usines ont chuté en mai.

L’indice des prix à la consommation (IPC) a augmenté de 0,2% en glissement annuel, après une hausse de 0,1% en avril, mais sans prévoir une augmentation de 0,3%.

L’inflation des prix alimentaires, un moteur clé de l’IPC, a ralenti à 1,0% en glissement annuel, contre 2,4% le mois précédent. D’un mois à l’autre, les prix des denrées alimentaires ont baissé de 0,7%.

Le gouvernement souhaite fixer les prix moyens à la consommation en 2023 à environ 3%. Pour l’heure, les prix ont augmenté de 2% sur un an en 2022.

« Nous pensons toujours qu’un resserrement du marché du travail exercera une pression à la hausse sur l’inflation plus tard cette année, mais il restera bien dans la zone de confort des décideurs« , a déclaré Julian Evans-Pritchard, responsable de l’économie chinoise chez Capital Economics dans une note.

« Il est peu probable que le plafond du gouvernement d’environ 3,0% pour le taux global soit testé et nous doutons que l’inflation devienne un obstacle à un soutien politique accru« , a-t-il ajouté.

Tournant économique basé sur la consommation

Les décideurs politiques ont signalé à plusieurs reprises leur intention de s’appuyer sur les 1,4 milliard de consommateurs chinois, après que l’économie a enregistré en 2022 l’un de ses rythmes de croissance les plus lents en près d’un demi-siècle.

« Jusqu’à présent, la politique monétaire et la politique budgétaire sont restées strictes, ainsi qu’une croissance des revenus plus faible, de sorte que la demande intérieure est déprimée« , a déclaré Dan Wang, économiste en chef à la Hang Seng Bank China.

Certains économistes s’attendent à ce que la Banque populaire de Chine (PBOC) réduise ses taux ou libère davantage de liquidités dans le système financier. D’autant que la banque a réduit le ratio des réserves obligatoires des prêteurs en mars.

Les plus grandes banques chinoises ont déclaré le 8 juin qu’elles avaient abaissé les taux d’intérêt sur les dépôts, apportant un certain soulagement au secteur financier et à l’économie au sens large en allégeant la pression sur les marges bénéficiaires et en réduisant les coûts de prêt.

Les analystes ont révisé à la baisse leurs prévisions de croissance économique pour l’année dans un contexte de signes persistants de ralentissement. Le gouvernement s’est fixé un modeste objectif de croissance du PIB d’environ 5% pour cette année, selon Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *