Charles Rabemananjara, ancien Premier ministre de Madagascar, était présent à l’Exposition 2018 de Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC), qui s’est tenue dans le district de Longxi, dans la province du Gansu.

Ce dernier a souligné que «la médecine traditionnelle chinoise a non seulement soulagé une grande partie des souffrances, mais elle a aussi rapproché les peuples de nos deux pays».

L’ancien Premier ministre malgache a appelé les entreprises et institutions chinoises à développer la MTC en utilisant les ressources végétales de Madagascar.

Au côté de plus de 3.000 délégués de dix organisations internationales et de plus de 200 entreprises liées à la MTC, il a eu l’occasion de débattre et de trouver des axes de coopération sino-malgache dans ce domaine.

« Madagascar est riche en ressources, tandis que la Chine a des avantages techniques. Si nous nous collaborons, nous pouvons rapporter des bienfaits à la santé humaine », a indiqué Charles Rabemananjara.

Pour Wang Fulin, originaire du Gansu et médecin en MTC, a expliqué son utilisation des méthodes traditionnelles comme l’acupuncture, l’application de ventouses, le massage et la moxibustion pour soigner.

« La médecine traditionnelle chinoise a remporté une belle reconnaissance parmi les Africains. Beaucoup venaient me voir tous les jours », s’est félicité Wang Fulin, qui a administré environ 6.500 traitements par acupuncture durant son activité dans les hôpitaux de Madagascar au cours des deux dernières années.

La province du Gansu a jusqu’à présent envoyé plus de 600 médecins à Madagascar depuis 1975, dont des experts en MTC, en orthopédie, en gynécologie et en obstétrique. D’ailleurs, un projet de construction d’un centre médical de MTC à Madagascar est en cours, d’après Liang Baoping, un responsable de la Commission de la santé et de la planification familiale du Gansu.

Ce dernier a expliqué que Beijing «allouera 5 millions yuans (environ 720.000 dollars) pour envoyer des experts au centre de Madagascar et pour améliorer la capacité du pays à prévenir les maladies en utilisant la médecine traditionnelle chinoise».

*Image de Une : MTC en Côte d’Ivoire