Par Yoro Diallo – Chercheur Principal, Directeur Exécutif du Centre d’Etudes Francophones et Directeur du Musée Africain – Le 1er Octobre 1949, Chairman Mao Zedong proclamait l’indépendance de la République Populaire de Chine. Une indépendance et une souveraineté acquises à l’issue d’une longue et âpre lutte menée contre les colonisateurs, les envahisseurs étrangers et d’énormes sacrifices consentis par le vaillant peuple chinois sous la direction du Parti Communiste Chinois créé le 1er juillet 1921.

Les 70 années de la Chine nouvelle, c’est l’histoire d’une République Populaire de Chine tenue debout par de vaillants patriotes au bout d’un siècle de colonisation et de guerres d’invasion étrangère. Durant cette période de souffrance et d’humiliation, la flamme de la civilisation chinoise cinq fois millénaire ne s’est jamais éteinte. Les 70 années d’indépendance et de souveraineté écoulées, c’est aussi et surtout 70 années d’expression patriotique et d’efforts inlassables propres à un grand peuple pour réaliser ce qui est convenu d’appeler le « miracle chinois ».

La Chine resplendissante qui se présente au monde moderne, c’est l’histoire d’une prospérité acquise suite à la mise en œuvre de la politique de la Reforme et de l’Ouverture lancée par Deng Xiaoping en 1978. C’est l’histoire de la puissance et du bonheur partagées que réalise le Président Xi Jinping depuis son élection comme Secrétaire Général du Parti Communiste Chinois en 2012 et Président de la République Populaire de Chine en 2013. En cinq générations de leadership (Chairman Mao, Deng Xiaoping, Jiang Zemin, Hu Jintao, Xi Jinping) la Chine est passée de l’état de pays pauvre, arriéré à celui de deuxième puissance économique du monde.

De nos jours le PIB de la Chine dépasse 90 billions de yuans, soit environs 14.000 milliards Us dollars (2018). Avant le lancement de la politique de la Reforme et de l’Ouverture en 1978, le pays comptait 770 millions de populations rurales pauvres. Cette population est actuellement estimée à moins de 10 millions.

L’objectif du premier des deux centenaires, c’est-à-dire la célébration du centième anniversaire du Parti Communiste chinois, est qu’aucun chinois ne vivra sous le seuil de pauvreté en République Populaire de Chine à partir de 2021. Dans le secteur des infrastructures indispensables au développement d’un pays et au bien être des populations, la Gouvernance de la Chine s’inscrit en droite ligne de l’adage chinois selon lequel : « il faut construire la route pour atteindre la richesse ». A cet égard plus de 30 milles kilomètres de chemin de fer à grande vitesse ont été réalisés en peu de temps. Cela représente près des 2/3 de l’ensemble de kilométrage mondial. C’est 45 fois plus qu’il y en avait en 2010. En matière d’autoroute la Chine est numéro un mondial avec 150 milles kilomètres à travers le pays. Dans le cadre du transport aérien, le nouvel aéroport géant, futuriste de Daxing à Pékin s’inscrit dans la droite ligne du « rêve Chinois ».

A l’horizon 2040, veille de la célébration du second centenaire, celui de la Chine nouvelle, cet aéroport sera à mesure d’accueillir 100 millions de passagers par an. Ce qui en fera le plus grand aéroport du monde. La réalisation d’une vie meilleure pour le peuple chinois s’effectue à une vitesse hallucinante, suscitant les qualificatifs et les superlatifs des observateurs avisés du pays. Selon le Président Xi Jinping, « les aspirations du peuple à une vie meilleure, est l’objectif de nos efforts ». En Anglais: « The aspirations of the people to live a better life are the focus of our efforts ».

Peut-on expliquer cette réussite fulgurante?

La première explication pourrait se trouver dans la confiance des Chinois en eux-mêmes et en leur pays, dans leur patriotisme, leur attachement à l’histoire et à la culture du pays. La Chine  sait d’où elle vient et elle sait où elle va. Sans nul doute qu’à l’orée de la célébration du deuxième centenaire, le centième anniversaire de la Fondation de la République Populaire de Chine en 2049, le pays sera reconnu officiellement par le monde entier comme la première puissance du monde. Avec une vision stratégique et une feuille de route clairement définies, le Parti Communiste Chinois conduit le pays vers des horizons resplendissants tel un capitaine vigilant, une force tranquille, tenant ferme la barre d’un immense navire voguant sur une mer agitée.

La deuxième explication se trouverait dans la clairvoyante vision de la Gouvernance de la Chine. Cette vision stratégique ne  fixe pas de limite à l’approfondissement de la politique de la Reforme et de l’Ouverture. La Reforme a permit l’augmentation exponentielle de la productivité économique. Aujourd’hui comme hier le peuple chinois est prêt à faire d’autres sacrifices pour réaliser le bonheur de la nation entière et des générations futures. L’ouverture à permit à la Chine d’entrer efficacement dans la mondialisation avec son identité propre.

Les chiffres illustrant cette situation sont éloquents. La Chine est premier importateur, premier producteur, premier pays d’accueil des investissements et premier pays fournisseur de touristes…. La Chine contribue à la croissance économique mondiale à raison de 30% depuis plus de 30 ans. Elle a ainsi créé un modèle de développement unique en son genre avec le reste du monde. Le pays est devenu à la fois « l’usine du monde » et « le marché du monde ».

La troisième explication se trouverait dans  la paix et la stabilité acquise depuis 70 ans. Il n’y a pas de développement sans la paix et la stabilité. Selon un proverbe bien connu « Le porteur de chaussure est seul à savoir la pointure qui lui va ». Le peuple et le gouvernement chinois défendent fermement les valeurs de paix et de stabilité découlant de la culture chinoise et imprimée par le Parti Communiste Chinois contre toutes les tentatives de déstabilisation.

La montée en puissance de la Chine ne doit effrayer personne car elle se veut pacifique. Elle ne s’inscrit dans aucune volonté d’hégémonisme contrairement aux attitudes obscures des anciennes puissances coloniales. Victime d’une domination coloniale et d’une barbarie humiliante dans son passé, la Chine garde dans son gène la philosophie de Confucius selon laquelle: « ce que je ne veux pas moi-même, je ne l’imposerais pas à autrui ».

La Chine défend en tout lieu et en tout temps les principes de paix, d’égalité, de respect, de souveraineté et de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres. Face à la tendance dangereuse de l’égoïsme, de protectionnisme et de l’unilatéralisme, la Chine fait promouvoir les valeurs de solidarité, de libre échange, de partage et de multilatéralisme. « L’Initiative Une Ceinture, Une Route » s’inscrit dans cet esprit de partage de la prospérité. Elle offre une nouvelle plateforme de coopération multilatérale qui rassemble le monde vers une Communauté de destin pour l’Humanité. C’est sur cette voie que nous osons affirmer que la Chine s’est éveillée.

Guo Qing Kuai Lè