« L’accord sino-européen sur les indications géographiques (IG) donne un nouvel élan à la coopération économique et commercial entre la Chine et l’UE en temps de crise ». Au Salon International de l’Alimentation (SIAL) Paris, le Bureau de représentation commerciale de la Province du Yunnan en France animait une table ronde sur les nouvelles perspectives sur l’accord des indications géographiques avec la participation des acteurs clefs.

À date, il existe près de 3 400 indications géographiques au sein de l’Union européenne et 2 385 en Chine. L’accord historique entre la Chine et l’Union européenne sur l’Indication géographique est entré en vigueur officiellement le 1er mars 2021. Selon l’accord, plus de 500 indications géographiques devront être mutuellement reconnues par les deux régions dont 100 indications sont d’ores et déjà placées sous-protégées et le second lot de 175 indications géographiques seront reconnues dans un délai de quatre ans.

Un fort potentiel des échanges sino-européens dans le secteur agricole et du tourisme

Monsieur Henri Novelli, ancien secrétaire d’État et président du Conseil Supérieur de l’Œnotourisme est revenu lors de la table-ronde sur l’importance de la signature de cet accord mais aussi sur la nécessité de la mise en place d’une commission de suivi : « Le Parlement européen qui a ratifié l’accord devrait mettre en place une commission de suivi des conséquences de la signature de cet accord pour juger du développement et du bien-fondé de sa signature. C’est le seul moyen pour accélérer la concrétisation de la deuxième liste de l’accord ». Il est également revenu sur le fort potentiel des échanges sino-européens dans le secteur du vin, comme témoigne Ao Yun, une gamme de vin cultivé par le groupe LVMH dans la région himalayenne du Yunnan.

Une région dotée d’importantes acticités de production agricole

La Province du Yunnan est dotée d’importantes activités de production agricole et d’un puissant secteur touristique. Grâce à l’excellente qualité de la production du terroir, les produits agricoles de la province sont devenus des piliers de la croissance économique du Yunnan tout en contribuant au développement économique des régions rurales. Considéré comme un gage de confiance pour l’ensemble de l’écosystème, cet accord représente également un atout décisif pour la reprise économique en matière de commerce extérieur et de tourisme.

István Ujhelyi, député européen, Vice-Président de la Commission des transports et du tourisme et membre de la Délégation pour les relations avec la Chine, est notamment revenu sur cet enjeu : « En matière de promotion des produits alimentaires et notamment des vins européens, l’accord représente un élément crucial pour l’Europe et le Yunnan, tant sur le plan des échanges économiques que sur celui du tourisme ».

La Chine est devenue la troisième destination des produits agroalimentaires de l’UE. Réciproquement, un réel engouement des consommateurs européens pour les produits de terroir venant de la Province du Yunnan est constaté. C’est ce que confirme Lin Goethals, Directrice et expert chez European Institute for Asian Studies : « Le Yunnan exporte de nombreux produits bios et d’appellation tels que le thé Pu’er, le café Baoshan ou bien le café Pu’er etc. La production de Green Food du Yunnan se pose notamment sur trois piliers : Qualité, Localisation et Terroir ».

Un nouvel élan pour booster le commerce agricole sino-européen après la crise

Cette table-ronde a été également l’occasion pour Linlin Liang, Représentant de la China Chamber of Commerce au sein de l’UE de revenir sur les perspectives de coopération entre les entreprises chinoises et européennes dans le cadre de l’accord : « Depuis plus d’un an, la signature de l’accord a fait progresser les échanges commerciaux et économiques entre la Chine et l’Europe. Il nous faut encore booster ces échanges commerciaux entre les deux parties tout en incluant les entreprises, les régulateurs ainsi que d’autres acteurs clefs ».

De nombreux ethnies minoritaires cohabitent au sein de la province du Yunnan. Les cultures dans certaines régions montagneuses permettent également de lutter contre le phénomène national d’exode rural et de revitaliser les zones les plus reculées de la Chine, à savoir les contreforts de l’Himalaya ou bien la commune autonome de Jin Ping.

Cette table ronde participe également de nombreuses activités au cœur du Mois du Yunnan (tout au long du mois d’octobre), qui est soutenu notamment par l’Ambassade de Chine en France et Yunnan Provincial Foreign Affairs Office.

À propos de l’ORO Yunnan France

Les bureaux de représentation commerciale de la province du Yunnan à l’étranger (ORO Yunnan, pour « Overseas Representative Office ») sont établis par le gouvernement provincial du Yunnan comme des institutions permanentes de promotion du commerce international et des liens économiques avec l’étranger. Ils effectuent des activités commerciales sous la direction du Département du Commerce du Yunnan et du Bureau des Affaires Étrangères de la province, ainsi que des activités financières sous la direction du Département de la Finance. Ils agissent à l’étranger pour l’ouverture internationale du Yunnan avec comme axes principaux la coordination, l’ouverture, le service aux différents acteurs et la protection des droits, et ils visent à promouvoir le commerce extérieur, les échanges économiques et la coopération entre le Yunnan et le reste du monde.

Pour en savoir plus : https://oroyunnanfr.com/fr/presentation-du-bureau/

Pour suivre les créations d’artisanat des ethnies minoritaires du Yunnan : https://cunzuliving.com/