L’agence de notation Fitch a relevé à 8% ses prévisions de croissance du produit intérieur brut (PIB) de la Chine pour l’an prochain, contre 7,7% lors de sa précédente prévision en septembre, ont rapporté des médias.

« Cela serait bien supérieur à notre estimation du potentiel de croissance à long terme de la Chine d’environ 5,5%, mais c’est tout à fait réalisable à partir d’une base aussi basse en 2020 », ont indiqué les analystes Brian Coulton et Pawel Borowski dans leurs récentes prévisions.

Cette réévaluation fait suite à l’augmentation de la demande intérieure et aux attentes concernant le déploiement de vaccins contre le nouveau coronavirus dans le monde, a noté la chaîne américaine d’informations économiques CNBC, repris par l’agence chinoise de presse, Xinhua.

Les données montrent une reprise significative de la consommation chinoise ces derniers mois, notamment dans la restauration et d’autres activités impliquant des rassemblements sociaux, selon Fitch.

L’économie chinoise devrait connaître une croissance de 2,3% cette année, selon Fitch, après une contraction de 6,8% au premier trimestre en raison de la pandémie de nouveau coronavirus.

D’après CNBC, Fitch prévoit également une contraction de la croissance mondiale de 3,7% en 2020, ce qui est légèrement mieux que la baisse de 4,4% prédite en septembre, tandis que le PIB mondial devrait croître de 5,3% l’année prochaine.

D’ailleurs, le Wall Street Journal (WSJ) a indiqué que la reprise de l’activité économique en Chine en novembre confère à la deuxième économie du monde une « position renforcée ».

Les indicateurs majeurs, tels que la production industrielle, l’investissement et la consommation, ont tous progressé à un rythme accéléré dans ce pays le mois dernier, confortant la croissance de l’emploi et générant une baisse du taux de chômage, a indiqué le WSJ.

La production industrielle chinoise a gagné 7% en novembre par rapport à l’année précédente, ce qui représente son plus fort taux de croissance en plus de deux ans, observe cet article, ajoutant que cette croissance marque une accélération par rapport à celle de 6,9% enregistrée en octobre.

De plus, le Fonds monétaire international (FMI), l’Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) et d’autres institutions internationales ont aussi publié des rapports montant que l’économie mondiale connaîtra une contraction cette année en raison de la pandémie, et que la Chine sera la seule grande économie à enregistrer une croissance positive.