Dans le cadre du Forum de coopération sino-africain (FOCAC), la province du Hunan a ouvert une base de développement et de coopération agricole Chine-Afrique.

Cette structure a pour mission d’instaurer et développer la coopération transfrontalière en matière de « soft power » dans les domaines tels que les technologies de production agricole, les systèmes de gestion agricole et les normes agricoles.

Elle fournira aussi un soutien intellectuel et une référence décisionnelle pour promouvoir le développement de haute qualité de la coopération économique et commerciale agricole entre la Chine et l’Afrique.

Établie par la faculté d’économie de l’Université agricole du Hunan et affiliée à l’Institut de recherche de la coopération économique et commerciale Chine-Afrique, la base se concentre sur la science et les technologies agricoles de pointe et l’intégration des ressources de recherche agricole nationales et étrangères.

Les recherches menées porteront sur les théories avancées, les technologies de production agricole sino-africaine, ainsi que le système de gestion agricole et le commerce international des produits agricoles.

La base créera une série de centres sur les informations et les données, le développement et la coopération technologiques, la formation des talents, ainsi que l’innovation dans le secteur agricole entre la Chine et l’Afrique, afin d’établir un think tank de premier rang dans le pays et de renommée internationale.

En septembre 2018, lors de la cérémonie d’ouverture du Sommet de Beijing du FOCAC, le président chinois Xi Jinping avait annoncé qu’au cours des trois prochaines années, l’accent sera mis sur la mise en œuvre des «huit initiatives majeures» définies pour la coopération Chine-Afrique : la promotion du secteur industriel, la connectivité des infrastructures, la facilitation du commerce, le développement vert, le renforcement des capacités, la santé, les échanges interpersonnels ainsi que la paix et la sécurité.

Xi Jinping a également précisé que « la Chine accompagnera l’Afrique dans ses efforts visant à réaliser pour l’essentiel la sécurité alimentaire d’ici 2030, élaborera et mettra en œuvre avec l’Afrique un programme d’action pour la coopération dans la modernisation agricole, mettra en œuvre 50 projets d’assistance agricole, fournira des aides humanitaires alimentaires d’urgence d’un milliard de yuans aux pays africains sinistrés, enverra 500 agronomes de haut niveau en Afrique, et formera pour l’Afrique des jeunes chercheurs agronomes éminents et des entrepreneurs agricoles pionniers ».

Selon les statistiques, la Chine a signé des mémorandums d’accord ou protocoles de coopération dans le domaine de l’agriculture avec près de 20 pays d’Afrique. Au cours de cette période, la Chine a bâti des centres de démonstration de technologies agricoles dans une vingtaine de pays sur ce continent.

Au-delà des structures, la Chine a envoyé presque 100 groupes d’experts dans près de 40 pays africains et mis à l’essai plus de 300 variétés de cultures sur le continent africain. « La Chine travaille main dans la main avec un grand nombre de pays en développement, y compris des pays africains, pour relever les défis alimentaires mondiaux et atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement fixés par les Nations Unies », a écrit l’agence de presse, Xinhua.