Le ministre canadien des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, a réclamé le 25 août la libération «immédiate» de ses deux compatriotes emprisonnés en Chine depuis plus d’un an et demi, évoquant «une priorité absolue» pour Ottawa.

Michael Spavor et Michael Krovig arrêtés le 10 décembre pour espionnage

Michael Kovrig, ancien diplomate en poste en Chine, ainsi que l’homme d’affaires Michael Spavor sont détenus en Chine depuis le 10 décembre 2018 pour espionnage.

Leur détention est perçue en Occident comme une mesure de représailles à l’arrestation le 1er décembre 2018 de Meng Wanzhou, directrice financière du géant chinois des télécommunication Huawei, à la demande de la justice américaine.

Ces affaires ont ouvert une crise diplomatique sans précédent entre la Chine et le Canada. Lors d’une rencontre à Rome avec le ministère des affaires étrangères de Chine, Wang Yi, François-Philippe Champagne a appelé à la libération immédiate de Michael Kovrig et Michael Spavor.

Lire aussi : La Chine exhorte le Canada à libérer la dirigeante de Huawei

Le cas de ces deux ressortissants demeure «une priorité absolue pour le gouvernement du Canada», a assuré François-Philippe Champagne selon le communiqué de son ministère.

Ce dernier a également réclamé à la Chine d’accorder «la clémence à tous les Canadiens qui risquent la peine de mort en Chine». Quatre ressortissants canadiens mis en cause dans des affaires de drogue sont emprisonnés en Chine où ils attendent la peine capitale.

De son côté, Wang Yi a relevé que la Chine et le Canada rencontraient «de sérieuses difficultés en raison de la détention d’un ressortissant chinois» au Canada, selon un communiqué de son ministère.

Wang Yi, qui n’a pas mentionné explicitement Meng Wanzhou, a appelé le Canada à «prendre la posture d’un pays indépendant» et à «lever les principaux obstacles» qui entravent les relations avec la Chine, d’après le communiqué canadien.

Cette rencontre entre Wang Yi et François-Philippe Champagne, est la première depuis novembre 2019. Elle est intervenue le jour même où la justice canadienne a rejeté, au nom de la sécurité nationale, une requête des avocats de Meng Wanzhou.

Ses avocats demandaient l’accès à des documents secrets qui selon eux prouvent l’existence d’un complot entre le FBI et les autorités canadiennes.