Les ventes automobiles en Chine ont accusé en juin un repli de 6,5% sur un an après un rebond le mois précédent, selon les données préliminaires publiées par la China Passenger Car Association (CPCA).

La Chine est le premier marché automobile au monde, et le secteur a été particulièrement touché par l’épidémie de coronavirus. Lors de la quarantaine et au plus fort de la contamination, en février, les ventes de voitures avaient chuté de près de 80% sur un an.

Le marché de la Chine avait ensuite retrouvé de la vigueur à mesure que l’épidémie refluait et les ventes de voitures étaient reparties à la hausse pour la première fois depuis le début de l’année en mai (+1,9% sur un an).

Lire aussi : La croissance des ventes d’automobiles donne des espoirs de reprise

Or en juin, la situation s’est retournée. Quelque 1,68 million de voitures particulières ont été vendues le mois dernier (-6,5% sur un an), a indiqué la Fédération chinoise des constructeurs de voitures individuelles (CPCA). Le chiffre est nuancé, car sur un mois, le nombre de voitures particulières vendues affiche une hausse de 2,9%. Et les ventes de véhicules haut de gamme ont même progressé de 27%.

David Leggett, analyste automobile chez GlobalData, société leader dans le domaine des données et des analyses, a expliqué que « la baisse annuelle des ventes de voitures en Chine en juin était conforme aux attentes et doit être comparée à un résultat particulièrement solide le même mois de l’année dernière – en raison de fortes remises, les concessionnaires cherchant à changer de stock avant les modifications de la réglementation sur les émissions ».

La baisse fait également suite à un solide résultat en mai, le marché a poursuit son rebond après une forte baisse au premier trimestre due à COVID-19. En effet, le marché automobile de juin était en avance de 2,6% sur celui de mai.

« Cela laisse le marché chinois des véhicules légers sur la bonne voie » pour atteindre les prévisions de GlobalData de 22,1 millions de ventes cette année, un résultat qui ne serait que de 10,3% inférieur à celui de 2019.

« Bien que des risques subsistent, le fort rebond du plus grand marché mondial des véhicules automobiles au cours des derniers mois est une bonne nouvelle pour l’industrie automobile et les constructeurs – à la fois les entreprises chinoises et étrangères avec des coentreprises de fabrication chinoises », a expliqué l’analyste.

L’automobile est un secteur crucial pour l’économie de la Chine, et l’un des premiers à avoir bénéficié de mesures de soutien de l’État. Le gouvernement chinois a décidé fin mars de prolonger de deux ans l’exemption de taxes à l’achat de véhicules électriques.

Lire aussi : De nouvelles mesures envisagées pour stimuler le marché d’automobile