En réponse aux récentes mesures des Etats-Unis, la Chine a décidé d’imposer des restrictions de visa aux américains ayant « des comportements choquants » sur les questions liées au Tibet.

Mike Pompeo, secrétaire d’État américain, a annoncé les restrictions de visa imposées au gouvernement et à certains responsables chinois en vertu de la Loi sur l’accès réciproque au Tibet de 2018. Il a assuré que la Chine empêche les diplomates, journalistes et touristes américains de se rendre au Tibet.

En réponse la Chine a décidé d’en faire de même et de restreindre ses visas aux américains ayant « des comportements choquants » sur les questions liées au Tibet, d’après Zhao Lijian, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Ce dernier a dit exhorter les Etats-Unis « à cesser immédiatement de s’ingérer dans les affaires intérieures de la Chine en utilisant le Tibet comme prétexte et à s’abstenir d’aller plus loin sur cette voie erronée, au risque de nuire davantage aux relations sino-américaines, ainsi qu’aux échanges et à la coopération entre les deux pays ».

Selon le porte-parole, « les affaires du Tibet ont purement trait aux affaires intérieures de la Chine et ne souffrent aucune ingérence étrangère ». Dans un communiqué, Mike Pompeo évoque ce qu’il appelle des violations des droits de l’homme par le gouvernement chinois au Tibet et souligne que les Etats-Unis sont déterminés à soutenir une « autonomie significative » pour les Tibétains et le respect de leurs droits fondamentaux.

De son côté, Zhao Lijian a assuré que « la Chine poursuit une politique d’ouverture, et le Tibet est ouvert à tous, sans aucune restriction d’entrée pour les étrangers. Le Tibet accueille chaque année un grand nombre de voyageurs étrangers et de visiteurs de divers secteurs ».

Alors que les Etats-Unis doutent des arguments de la Chine sur la présence de diplomates, responsables politiques, médias et touristes au Tibet, Zhao Lijian a indiqué que « quelque 176.000 étrangers se sont rendus au Tibet pour des visites officielles, touristiques et d’affaires entre 2015 et 2018, dont environ 175.000 touristes, 500 diplomates et 343 journalistes ».

Ce dernier a assuré qu’en 2019, « le nombre de visiteurs chinois et étrangers au Tibet a dépassé 40 millions ». Il a invité « davantage de ressortissants étrangers à visiter, à voyager et à faire des affaires au Tibet, et cette politique ne changera pas ». Toutefois, « ils doivent respecter les lois et règlements chinois et suivre les procédures nécessaires ».

« Je tiens à souligner que, compte tenu des conditions géographiques et climatiques particulières de cette région, il est tout à fait nécessaire et incontestable que le gouvernement prenne certaines mesures légales pour gérer et protéger les ressortissants étrangers au Tibet » a conclut le sujet Zhao Lijian.