Le Musée des réfugiés juifs de Shanghai s’est agrandi

par | Déc 9, 2020 | CULTURE, Histoire, Religions

Près de 20.000 Juifs ont débarqué dans les années 1930-1940 dans le port de Shanghai, à l’Est de la Chine, devenu l’ultime refuge face aux persécutions contre les juifs en Europe.

Alors que la Chine célèbre chaque année sa victoire de la guerre de 1937-1945 contre le Japon, des commémorations ont prit corps à Shanghai, afin de rappeler la contribution de la ville dans la protection des Juifs européens.

« Shanghai est la seule ville où les étrangers pouvaient entrer sans visa, et même sans passeport. La seule ville qui a ouvert sa porte », a expliqué en 2015 Pan Guang, doyen du Centre des études juives de Shanghai.

LANCEMENT DE LA RÉNOVATION

Musée des Juifs de Shanghai*

En janvier 2019, Chen Jian, conservateur du musée, avait annoncé l’agrandissement et la rénovation du musée dédié aux réfugiés juifs de Shanghai. La superficie totale du musée a été élargie, pour atteindre plus de 4.000 mètres carrés contre 900 mètres carrés actuellement, a indiqué

Chen Jian avait expliqué au Quotidien du peuple que « l’agrandissement, qui devrait être terminé d’ici 2020, constituait un effort pour accueillir les touristes dont le nombre est en hausse. Depuis 2008, le nombre annuel de visiteurs est passé d’environ 10.000 à 100.000. L’année dernière, les autorités locales ont élaboré un plan pour agrandir le musée« .

« Des zones d’exposition supplémentaires permettront la présentation d’un plus grand nombre de documents historiques, et nous serons capables de présenter l’histoire des réfugiés juifs venus à Shanghai de manière plus profonde », a précisé ce dernier.

Plus d’un an après, le musée des réfugiés juifs de Shanghai a rouvert ses portes. Situé dans le quartier Tilanqiao du district de Hongkou, le musée rénové possède désormais un espace pour des expositions dont le nombre a été multiplié par 10 pour atteindre 1000. La collection exposée provient principalement des dons d’anciens résidents juifs.

Le musée a été inauguré en 2007 sur le site de la synagogue historique Ohel Moshe, mais il n’a pu faire sa première exposition qu’au moment où un ancien résident juif de Shanghai, a fait don d’un pousse-pousse en jouet trois ans plus tard.

100 000 VISITEURS PAR AN

Depuis lors, le musée a attiré jusqu’à 100 000 visiteurs par an en moyenne, 10 fois plus que lors de ses premiers jours. Les visiteurs sont principalement des touristes étrangers et des personnes à la recherche de leurs racines ethniques.

Lire aussi : Ho Feng-Shan, honoré au Musée des réfugiés Juifs

Les nouvelles expositions comprennent des récits personnels, des documents administratifs, et des souvenirs de réfugiés qui sont venus et ont vécu à Shanghai. Grâce aux nouvelles technologies, des films sont projetés sur des écrans transparents installés pour améliorer l’expérience des visiteurs.

«Le thème principal des expositions élargies est d’établir une communauté d’un avenir partagé pour l’humanité», a déclaré Chen Jian, conservateur du musée, au Shanghai Daily. Le musée de Shanghai se concentre sur un thème «chaleureux» de la compassion humaine et du salut plutôt que sur les histoires d’horreur de la persécution nazie qui dominent de nombreux musées juifs, a-t-il dit.

Six sections du musée rénové retracent l’histoire de la diaspora juive pendant la guerre, comment les réfugiés sont venus à Shanghai et se sont sculptés la vie quotidienne, et les contributions qu’ils ont apportées à la culture de la ville dans la musique, la peinture et la photographie, a expliqué le Shanghai Daily.

Le célèbre violoniste juif Alfred Wittenberg, par exemple, a enseigné à de nombreux jeunes musiciens locaux de Shanghai qui sont ensuite devenus des virtuoses, comme le pianiste Fu Cong et l’éducateur Tan Shuzhen. «Cette période de l’histoire devrait inspirer les jeunes d’aujourd’hui et contribuer au développement de la civilisation humaine», a expliqué Chen Jian.

D’UNE SALLE COMMÉMORATIVE A UN SITE HISTORIQUE

Avant la création du musée, les autorités souhaitaient proposer une salle commémorative située sur le site historique de la synagogue. « Puis un visiteur juif de la première heure a dit au conservateur qu’une salle commémorative sert à commémorer les morts ou à se souvenir d’une tragédie, et que ce n’était pas l’atmosphère qu’elle ressentait à Shanghai ».

Chen Jian et son équipe ont ensuite transformé leur idée en musée et ont commencé à collectionner des expositions de réfugiés du monde entier. «Un musée ne peut jamais raconter une histoire sans suffisamment d’expositions», a indiqué ce dernier, notant qu’il n’y en avait pas lors de l’ouverture du musée.

«C’était un défi pour nous parce que la plupart des souvenirs de valeur avaient déjà été donnés à d’autres musées juifs dans le monde ou conservés comme souvenirs de famille par des familles de réfugiés», a expliqué le conservateur.

Toutefois, les choses ont changé quand Josef Rossbach, un médecin à la retraite qui vit maintenant à Hambourg, a fait don d’un pousse-pousse en jouet au musée lors d’une visite dans le musée en 2010. Aujourd’hui âgé de 76 ans, il est né à Hongkou de parents juifs qui ont fui l’Allemagne nazie en 1939.

«Chaque fois que je tenais le jouet dans ma main, mon cœur battait plus vite», a déclaré ce dernier. Le jouet fait partie des nouvelles expositions, avec les photos et le récit de Josef Rossbach.

TÉMOIGNAGES ÉCRITS ET VISUELS

Une autre exposition présente les cinq passeports ayant appartenu à Ruth Callmann, qui a fui en Chine en 1939 avec sa famille. Ces derniers indiquent comment elle est arrivée en Chine depuis l’Allemagne, puis a émigré aux États-Unis après la guerre.

Ruth Callmann a montré les passeports pour la première fois à Chen Jian en 2009, mais a refusé sa demande pour qu’ils soient donnés au musée parce qu’ils faisaient «partie de sa vie», a indiqué ce dernier.

Cependant, avant que Ruth Callmann ne meure en 2014 aux États-Unis à l’âge de 96 ans, elle a demandé au fiduciaire de son héritage de faire don de l’unique passeport allemand et des quatre passeports américains au musée de Shanghai.

«Depuis, j’ai dit aux bénévoles travaillant au musée d’écouter les visiteurs juifs, pas seulement de leur expliquer les expositions», a souligné ce dernier. Ainsi, plus de 1000 objets sont rassemblés au musée, qui couvrent désormais tout le spectre de la vie des réfugiés à Shanghai.

Ils comprennent les passeports, les visas fournis par Ho Feng-shan, alors consul général de la République de Chine à Vienne, les billets de bateau d’Europe à Shanghai et les certificats de résidence et de mariage délivrés par les autorités locales.

La rénovation du musée comprend également une nouvelle bibliothèque, avec plus de 8000 livres donnés par Kurt Wick, 82 ans, qui s’est enfui de Vienne à Shanghai en 1939 avec sa famille alors qu’il n’avait qu’un an.

Les livres portent principalement sur l’histoire, la culture et la politique des Juifs. Certains couvrent la période où les Juifs ont fui l’Europe occupée par les nazis et ont trouvé refuge à Shanghai.

Pour Chen Jina, «le musée vise à jouer un rôle plus important dans la recherche universitaire et les échanges culturels, de sorte que les livres nous sont précieux». Ce dernier a ajouté qu’il aurait été impossible pour le musée de retrouver et d’acheter les livres que Kurt Wick avait passé sa vie à collectionner.

Un comité consultatif international pour le musée a également été créé. Vingt-sept membres, dont des historiens et des descendants de réfugiés, siègent au conseil d’administration pour faciliter la recherche universitaire, les opérations muséales et les communications internationales.

Les membres viennent de Chine, des États-Unis, du Royaume-Uni, d’Australie, de Pologne et du Japon. Pendant la pandémie de coronavirus, des membres d’outre-mer et d’autres experts ont utilisé des liens vidéo pour proposer de nouvelles expositions.

*La synagogue de Moïse, la première de Shanghai, est fondée en 1907 rue Xihuade (devenue rue Changzhi) par les juifs russes réfugiés à Shanghai, avant d’être déplacée en 1927 rue Huade (devenue rue Changyang). Fermée en 1956, elle devient en 1998 le Musée juif de Shanghai

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :