La Chine célèbre ce 1er juillet le centenaire du Parti communiste chinois (PCC). Fondé en 1921, le parti dirigeant de la République populaire de Chine depuis 1949 bat un record de longévité. Plus de 95 millions de Chinois en sont membres, un chiffre en constante augmentation. «Preuve que le PCC reste attractif, et semble bien parti pour un second centenaire», pour l’agence de presse, Xinhua.

Lire aussi : Xi Jinping, secrétaire général du PCC, au cœur de la montée en puissance de la Chine: 1921-2021

Le Parti communiste chinois (PCC) comptait 95,148 millions de membres selon un bilan établi le 5 juin, a annoncé mercredi le Département de l’organisation du Comité central du PCC.

Logo du centenaire du PCC

Le chiffre représente une croissance de 3,5% par rapport à fin 2019 et a été multiplié environ par 20 depuis 1949, l’année où la République populaire de Chine a été fondée, a indiqué le département dans un rapport publié dans le cadre du centenaire du PCC le 1er juillet.

En 1921 à sa fondation, le PCC comptait 51 membres. Près de 2,31 millions de personnes ont adhéré au PCC au premier semestre de l’année 2021, ajoute le communiqué.

« La croissance continue des membres illustre la forte vitalité du Parti et la prospérité de la cause du Parti », selon le communiqué. Le nombre d’organisations de base du Parti a été multiplié par près de 24, passant de 195.000 en 1949 à 4,86 millions, selon la même source.

La hausse du nombre d’adhérents au parti atteste pour certains experts chinois du succès de la politique du PCC autour du peuple. New China Research, le groupe de réflexion de l’agence de presse Xinhua, a publié un rapport de recherche sur l’engagement politique du Parti communiste chinois (PCC) à l’approche de son centenaire le 1er juillet, et intitulé « Le peuple d’abord : l’engagement politique du Parti communiste chinois centenaire ».

Ainsi, des experts du monde entier pensent que la clé du succès du PCC au cours du siècle dernier est sa philosophie centrée sur l’être humain.

« Mettre le peuple à la première place » est une philosophie de base du PCC. Cela signifie servir le peuple de tout son cœur et faire du peuple le point de départ fondamental de la formulation des politiques et de la gouvernance du pays, a expliqué Chen Gang, directeur adjoint de l’Institut d’Asie de l’Est de l’Université nationale de Singapour.

Ce concept de gouvernance consiste à « servir le plus large éventail de personnes, pas servir quelques personnes », a-t-il dit, ajoutant qu’un tel concept a été appliqué à tous les aspects de la vie sociale, politique et économique de la Chine, aidant le PCC à conquérir une vaste base populaire.

Interrogé par l’agence de presse, Xinhua, Cavince Adhere, spécialiste des relations internationales basé au Kenya, a expliqué que le PCC a permis l’établissement d’un consensus et une gouvernance participative où chacun, « indépendamment de sa position géographique, quel que soit son rang, au sein du gouvernement, au sein du système sociétal », apporte une contribution et peut voir sa voix entendue, ce qui se traduit par « un degré très élevé de confiance du public dans le gouvernement ».

« Le leadership du PCC est centré sur les gens valorise leurs intérêts, leur bien-être et leur durabilité », a ajouté l’experte. S’agissant de la gouvernance du PCC, le facteur le plus important est probablement « d’accroître le rôle du parti dans la gouvernance de la Chine ainsi que la gouvernance du parti lui-même, en commençant notamment par la campagne anti-corruption », a de son côté souligné Robert Lawrence Kuhn, président de la Fondation Kuhn.

En luttant contre la corruption, le PCC « accroît la confiance du public, augmentant la confiance dans la direction continue du parti … afin que le parti fonctionne plus efficacement, prenant des décisions pour le bien général, non biaisées par le gain personnel ».

L’objectif du PCC est de ne laisser « personne de côté » au niveau national en améliorant les moyens de subsistance et en promouvant la construction d’une communauté de destin pour l’humanité à l’échelle internationale, a indiqué Somchith Souksavath, assistant du président de l’Académie laotienne des sciences sociales. «Une telle cohérence des politiques internes et externes du PCC est convaincante», a-t-il ajouté. , Zamir Awan,