La décision de la Chine d’augmenter l’âge de départ à la retraite dans le cadre d’un plan économique et de développement à long terme a entraîné un mouvement de colère sur les réseaux sociaux.

Le ministre chinois des Ressources humaines et de la Sécurité sociale, Yin Weimin, a assuré que « la Chine reportera graduellement son âge légal de départ à la retraite, alors que sa population active possède l’âge de départ à la retraite le plus faible au monde ».

A cet effet, « le ministère publiera un programme de réforme sur le relèvement de l’âge de départ à la retraite ». D’après lui, la politique actuelle a été formulée au début des années 1950, époque où l’espérance de vie moyenne était inférieure à 50 ans.

Cependant, l’espérance de vie moyenne dépassera bientôt 70 ans, raison pour laquelle « la politique de retraite semble dépassée et déraisonnable », a expliqué Yin Weimin.

Aujourd’hui, l’âge de la retraite des Chinois n’est pas supérieur à 55 ans, contre environ 65 ans dans de nombreux pays. Le programme de réforme remettra à plus tard l’âge de départ à la retraite, « pas à pas, jusqu’à ce qu’il atteigne un niveau raisonnable », a précisé le ministre.

Depuis plus de quarante ans, l’âge de la retraite en Chine est resté inchangé, à 60 ans pour les hommes et 55 ans pour les femmes salariées de la fonction publique et entreprises d’État.

En 2013, un projet de relèvement de l’âge de la retraite avait provoqué une forte opposition parmi la population. « Retarder l’âge de départ à la retraite, ce qui n’est ni rationnel ni nécessaire, est motivé par des considérations idéologiques selon lesquelles ce n’est que lorsque les intérêts et la santé des gens sont sacrifiés qu’il peut y avoir un développement économique », a déploré un utilisateur des réseaux sociaux.

La Chine est confrontée à ce que les experts appellent une « bombe à retardement démographique », car la proportion de personnes âgées dans la population augmente alors que sa main-d’œuvre diminue, en partie en raison de la politique de l’enfant unique mise en place en 1979 et abandonnée en 2016.

« Le report de la retraite est une tendance inévitable », a écrit le quotidien Securities Times. En 2018, près de 250 millions des 1,4 milliard de chinois étaient âgés de 60 ans ou plus, soit 17,8% de la population. Ce chiffre pourrait dépasser 33% d’ici 2053, selon les estimations de certains experts.

La Chine fait face à un vieillissement rapide de sa population, d’où la volonté du gouvernement de laisser les personne actives le plus longtemps possible sur le marché du travail.

De plus, cette situation pèsera lourdement sur les dépenses du gouvernement, alors que les pensions individuelles sont passées de 700 yuans (99,5 euros) il y a 10 ans à plus de 2.000 yuans (260 €) aujourd’hui.

D’autant que le vieillissement de la population chinoise exerce une pression énorme sur le système de retraite. Un rapport de recherche officiel a montré que les fonds de pensions chinois pourraient être « insolvables » dès 2035.