Après avoir facilité une reprise économique stable au premier semestre de 2021, le secteur financier de la Chine est fortement encouragé à respecter les principes de sécurité et à se montrer plus résilient et dynamique pour stimuler la croissance de qualité de l’économie au cours de la deuxième moitié de l’année.

Ces propos ont été tenus par des experts lors de l’édition 2021 de la conférence annuelle du Financial Street Forum qui a récemment eu lieu. Ces derniers affirmant que le secteur financier de la Chine a été confronté à des perturbations externes, découlant d’un éventuel changement de politique des banques centrales d’économies développées comme la Réserve fédérale américaine, ainsi qu’à des préoccupations internes causées par la crise de la dette de certaines entreprises.

Lire aussi : Le secteur financier intégré à l’économie réelle de la Chine

Pan Gongsheng, vice-gouverneur de la Banque populaire de Chine et chef de l’Administration nationale du contrôle des changes (SAFE), a déclaré que, par rapport au dernier cycle de resserrement de la Fed américaine, l’économie chinoise demeure pour l’instant en meilleure position dans le cycle économique actuel, ce qui signifie que l’économie nationale a conservé la vigueur de sa reprise, qui a renforcé les bases du marché des changes du pays pour se prémunir contre des perturbations externes.

Selon Yi Gang, le gouverneur de la Banque populaire de Chine, la crise de la dette du Evergrande Group constituait un cas unique de risques de crise de la dette et un tiers des quelque 300 milliards de dollars américains (270 milliards d’euros) de dettes de l’entreprise proviennent de passifs financiers avec des créanciers décentralisés et de nantissements, indiquant des risques contrôlables pour le secteur financier.

Depuis le début du troisième trimestre, l’augmentation des risques et des enjeux à l’échelle nationale et internationale a mis davantage de pression sur la transformation structurelle de l’économie chinoise et, dans ce contexte, une meilleure distribution des ressources financières est devenue particulièrement importante.

Xiao Yuanqi, administrateur général de la Commission chinoise de réglementation du secteur bancaire et de l’assurance (CBIRC), a indiqué que le développement d’un financement inclusif nécessite d’optimiser la précision des services financiers, de cerner et de satisfaire les besoins financiers réels, et de fournir des services financiers qui peuvent atténuer les répercussions des cycles d’exploitation et de la volatilité des revenus.

En ce qui concerne l’assurance, Guo Shuqing, chef de la CBIRC, a déclaré que, bien qu’il s’agisse du deuxième secteur le plus important au monde en termes de revenus de primes, le secteur chinois de l’assurance nécessite une amélioration plus approfondie de sa densité et de sa profondeur, ainsi que la pertinence et la diversité de la couverture d’assurance sont insuffisantes.