« Malgré un environnement extérieur complexe, l’économie chinoise a terminé 2018 sur des bases solides, avec une meilleure qualité et une structure améliorée », a indiqué le Bureau d’Etat des Statistiques.

La seconde puissance économique mondiale a progressé de 6,6% sur un an en 2018, dépassant l’objectif de 6,5% fixé par le gouvernement, selon des données publiées le 21 janvier par le Bureau d’Etat des statistiques (BES).

Ce taux est inférieur à celui de 6,8% rapporté en 2017, a précisé le bureau. La croissance au 4ème trimestre s’est établie à 6,4%, contre une hausse de 6,5% au 3ème trimestre, selon les données du BES.

« L’économie chinoise a fonctionné dans une fourchette raisonnable en 2018, avec une croissance généralement stable et une amélioration de sa performance », a indiqué Ning Jizhe, chef du BES, lors d’une conférence de presse.

Ce dernier a souligné qu’avec « une contribution d’environ 30%, l’économie chinoise est restée le plus grand contributeur à la croissance économique mondiale ». Sur une base trimestrielle, l’économie a progressé de 1,5% au 4ème trimestre, soit un cran en dessous de la hausse de 1,6% enregistrée au 3ème trimestre.

Le produit intérieur brut (PIB) a atteint 90.030,9 milliards de yuans (environ 11 686 milliards d’euros) en 2018. Le BES a précisé que le secteur des services représentait plus de la moitié du total du PIB.

En pleine transition économique, le gouvernement réoriente le modèle économique chinois vers la demande intérieure. En 2018, la consommation est restée le principal moteur de croissance, représentant 76,2% de la croissance du PIB. Les ventes au détail, principale mesure de la consommation, ont augmenté de 9% sur un an.

Les investissements en capital fixe de la Chine ont quant à eux progressé de 5,9% en glissement annuel en 2018, contre une hausse de 7,2% en 2017.

La production industrielle a augmenté de 6,2% l’année dernière, soit 0,4 point de pourcentage de moins que l’année précédente. L’indice des prix à la consommation a augmenté de 2,1% en glissement annuel en 2018, atteignant l’objectif du gouvernement de plafonner l’inflation à moins de 3% .

A lire aussi : Production industrielle : bilan mitigé

L’emploi est resté stable, avec plus de 13 millions de nouveaux emplois créés dans les zones urbaines l’année dernière et un taux de chômage urbain au sens du recensement estimé à 4,9% en décembre.

Ning Jizhe a indiqué que « pour ce qui est de l’avenir, le pays pourrait être confrontée à un environnement plus complexe et plus difficile pour le développement en 2019, mais que le pays a les bases, les conditions, la confiance et la capacité de maintenir la croissance économique à un niveau raisonnable et d’assurer un développement économique durable et sain ».