Né à Wangcheng dans la province du Hunan, le 18 décembre 1940, dans une famille paysanne. Selon la légende populaire présentée par les médias dont CCTV, « après que les japonais aient tué son père, sa mère se suicida en raison du harassement qu’elle a reçu du fils de son propriétaire ».

Devenu orphelin Lei Feng s’enrôle au Parti Communiste Chinois à sa majorité. Il devient également membre de la Jeunesse Communiste, puis soldat de l’Armée Populaire de Libération a seulement 20 ans.

Décédé à l’âge de 22 ans, Lei Feng devient une figure de la politique de Mao Zedong, mais aussi son plus fidèle soutien. Don journal intime devient la preuve de son admiration pour son pays et le Grand Timonier, Mao.

Study Comrade Lei Feng, 1990 2La légende raconte qu’il envoyait « sa petite solde de soldat aux parents d’un camarade soldat qui avait été frappé par une inondation, il servait le thé et les repas aux officiers et aux recrues, il lavait les pieds de ses camarades après une longue marche et reprisait leurs chaussettes, et il montrait sa dévotion à la cause révolutionnaire ».

Le « martyre » de la nation

Qualifié de jeune homme engagé et dévoué, sa mort brutale dans un accident de la route est le point de départ de la légende, qui va permettre au PCC et Mao Zedong, de motiver les troupes et s’assurer du soutien de la population.

Quelques mois après sa mort, son journal intime est publié, devenant un objet d’étude nationale le 5 mars 1963, lorsque le Président Mao Zedong a incité les chinois à apprendre de celui qui a été qualifié de « martyre« .

Cependant, aucune preuve historique, ni scientifique, n’a pu être apportée pour prouver que ce journal intime lui  appartenait réellement. Après les incidents de Tian’anmen de 1989, les affiches de propagande représentant Lei Feng ont été réintroduites par le gouvernement, selon CCVT, afin de « ré-instruire le peuple dans l’image désirable du Parti ».

Le but du PCC est de prouver au peuple que les gens peuvent être désintéressés, joyeux et nobles à tout moment. Cet ouvrage va devenir au cours des années, aussi célèbre que Le Petit Livre Rouge de Mao Zedong.

Ce dernier le titre posthume, « rouage inoxydable de la révolution » pour son abnégation et les services rendus à son peuple. Sa devise serait « une vie révolutionnaire ne se rouille jamais« .

« Learn from Camarade Lei Feng »

L’opinion publique le définit comme un homme humble et modeste, qui avait une sincère et réelle dévotion envers le président Learning from comrade Lei Feng, 1963 - CopieMao Zedong mais aussi envers le peuple chinois. Après sa mort, une campagne posthume est lancée par le Grand Timonier en 1963, intitulée « Learn from Camarade Lei Feng« . L’idée est de pousser la jeunesse du pays à suivre son exemple.

Cette campagne est lancée, alors que l’économie du pays tarde à se mettre en place et que la population est encore traumatisée par l’échec du Grand Bond en avant (1958-1960).

En 1964, la campagne « Learn from Camarad Lei Feng » devient tout au long des années 1965/1970, un slogan visant à asseoir l’influence et le pouvoir de Mao Zedong sur le pays.

L’état d’esprit de la Révolution Culturelle reprend vigueur avec cette campagne, le peuple se sent soutenu et pousser grâce à Lei Feng et donc Mao. Avec une ligne de conduite et un président dévoué, les chinois vont faire face à la famine et à la pénurie.

Aujourd’hui encore, Lei Feng reste très présent dans la mémoire collective. Célébrée tous les 5 mars, lors de la journée « Comme Lei Feng« , les jeunes Chinois sont incités à participer à des événements de groupe, à s’inspirer des bonnes actions attribuées, post-mortem, au héros national et à comprendre l’importance de l’altruiste, du courage et la fidélité à sa patrie.

Une communication à toute épreuve

Plusieurs chants ont été écrit sur Lei Feng : « Suivez le bon exemple de Lei Feng, fidèle à la Révolution et au Parti », « Il sait qui aimer et qui haïr, il ne renie pas sa classe, sa position est inébranlable, et sa combativité est ferme », « Suivez le bon exemple de Lei Feng, qui n´oubliera jamais les difficultés et la frugalité » et « Il veut être le support de la Révolution, pour que l´idéologie collectiviste éclaire de ses rayons ».

sculpture représentant Lei Feng à la gare de Tai'an, accompagné d'un texte de Mao Zedong, province du Shandong

Sculpture de Lei Feng à la gare de Tai’an, dans la province du Shandong

Il y a également « Suivez le bon exemple de Lei Feng, l´enseignement du Président Mao est gravé dans son cœur », « Son cœur et son esprit sont uniquement pour le peuple, sa moralité communiste est des plus élevées », « Suivez le bon exemple de Lei Feng, de la pensée de Mao Zedong viennent ses armes » et « Il serre son fusil pour protéger la mère-patrie, il continue à être un pionnier pour la Révolution ».

Des souvenirs à son effigie sont vendus dans toute la Chine, des posters, affiches, des tasses, des tee-shirts avec le Grand timonier, des casquettes, des masques de protection, des représentations de lui en jouet, des cahiers, des stylos …. Un musée lui est d’ailleurs consacré à Fushun dans la province du Liaoning.

Il est également une icône publicitaire. En l’an 2000, son portrait a été installé sur des panneaux publicitaires pour inviter les passants à entrer dans un cybercafé et à surfer sur un site Web consacré à la santé. Cette campagne menée par une grande compagnie pharmaceutique chinoise, avait pour slogan « une personne sur internet, santé pour toute la famille », en référence à la devise de la campagne originale de Lei Feng dans les années 1960 : « une personne dans l’armée, gloire pour la famille entière ».

En juillet 2015, un magazine nommé « Lei Feng » avec la calligraphie de Mao Zedong est publié par la Maison d’édition du PCC. Le magazine se concentre sur les admirateurs du jeune soldat. Son fondateur et rédacteur en chef, le major à la retraite Gen. Tao Ke a affirmé au journal The New York Times que « son ambition est d’établir un programme d’études sur Lei Feng pour défendre l’image du soldat et encourager l’altruisme dans la société chinoise« .

L’idée du magazine a été évoqué en 2013, lorsque les critiques sont devenues plus insistantes contre l’icône de l’ère Mao. Le général Tao, ancien rédacteur en chef adjoint du journal militaire Armée de libération du Quotidien du Peuple, a expliqué au quotidien américain qu’il redoutait les doutes émis contre Lei Feng, et notamment si il a vraiment existé.

Le mythe ne prend plus

Timbres 2013 - CopiePour le 50e anniversaire de la mort de Lei Feng en 2012, le PCC lance une vaste campagne dans les médias pour inciter la population à prendre pour exemple ce jeune soldat. Cependant, cette année là des centaines de millions d’internautes mettent en doute l’existence de Lei Feng.

Parmi les 600 millions d’internautes chinois, beaucoup remettent en cause les bonnes actions que les autorités lui attribuent. Tandis que d’autres se demandent si cette icône des années 1960 pouvait encore apporter quelque chose à une Chine moderne et tournée vers l’enrichissement personnel, lancé par Deng Xiaoping.

« Aujourd’hui, devenir un milliardaire est essentiel. Honorer un individu pur n’est pas essentiel« , a assuré un micro-blogueur cité par l’Agence France Presse. Face aux doutes, dans un éditorial, le quotidien China Daily a estimé que la mort tragique de la petite Yue Yue (écrasée par une voiture et mourant sous les yeux des passants), qui a choqué l’opinion publique, prouve que les valeurs portées par Lei Feng sont d’actualité et doivent être mises en avant.

« Nous avons toujours besoin de bons Samaritains et l’esprit Lei Feng est important pour la cohésion sociale« , a assuré le journal. Interrogé par l’AFP, Hu Xingdou, enseignant à l’Institut de Technologie de Beijing, a expliqué que « Lei Feng est totalement démodé et le gouvernement ferait mieux de promouvoir les dons et les œuvres caritatives, sur la base du respect et de l’égalité entre les gens ».

« Au départ les enseignements de Lei Feng sont bons, puisque il s’agit de sauver la société du déclin moral. Mais c’est la méthode qui est dépassée : on se sert des vieux moyens pour déverser la propagande« , a-t-il déploré.

Sur les réseaux sociaux, certains chinois remettent en question l’histoire du héros, réfutent l’authenticité des photographies. Mais les responsables politiques ne se laissent pas démonter. Le député Zhang Haidi a expliqué lors d’un point presse que « remettre en question les héros des décennies passées est un phénomène typique d’internet« .

Le gouvernement redouble d’effort pour préserver et perdurer l’image de Lei Feng, qui reste une valeur morale, dans une Chine devenue individualiste, compétitive et insensible, face à la souffrance d’autrui.

Un site succinct est consacré à Lei Feng sur CCTV

Retrouvez un documentaire en français : « Lei Feng : Le retour d’un héros idéal« , de Alain Lewkowicz.