Lors de sa visite en Chine, le Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a rencontré le président Xi Jinping , afin de partager les dernières informations sur la nouvelle épidémie de coronavirus 2019 (2019-nCoV) et réitérer leurs engagements à la maîtriser.

Le Dr Tedros a été rejoint par le Directeur régional de l’OMS, le Dr Takeshi Kasai et le Directeur exécutif du Programme OMS pour les situations d’urgence sanitaire, le Dr Mike Ryan, pour rencontrer le ministre des affaires étrangères Wang Yi et le ministre de la Santé Ma Xiaowei.

Lors de ces échanges, la Commission nationale de la santé a présenté « les solides capacités et ressources de santé publique de la Chine pour répondre et gérer les flambées de maladies respiratoires », a écrit le service presse de l’OMS.

Les discussions ont porté sur la poursuite de la collaboration sur les mesures de confinement à Wuhan, les mesures de santé publique dans d’autres villes et provinces, la réalisation de nouvelles études sur la gravité et la transmissibilité du virus, la poursuite du partage des données et la Chine pour le partage du matériel biologique avec l’OMS.

« Ces mesures feront progresser la compréhension scientifique du virus et contribueront au développement de contre-mesures médicales telles que les vaccins et les traitements », d’après l’organisation internationale.

Les deux parties sont convenues que « l’OMS enverra des experts internationaux se rendre en Chine dès que possible pour travailler avec ses homologues chinois sur une meilleure compréhension de l’épidémie afin d’orienter les efforts de riposte mondiaux ».

« Arrêter la propagation de ce virus en Chine et dans le monde est la plus haute priorité de l’OMS« , a déclaré le Dr Tedros. Ce dernier a dit « apprécier le sérieux avec lequel la Chine prend cette flambée, en particulier l’engagement de la haute direction et la transparence dont ils ont fait preuve, y compris le partage de données et la séquence génétique du virus. L’OMS travaille en étroite collaboration avec le gouvernement sur des mesures pour comprendre le virus et limiter la transmission. L’OMS continuera de travailler côte à côte avec la Chine et tous les autres pays pour protéger la santé et assurer la sécurité des personnes ».

La mission de l’OMS intervient alors que le nombre de personnes confirmées par le virus est passé à plus de 4500 dans le monde le 28 janvier, la majorité se trouvant en Chine.

La délégation de l’OMS a « hautement apprécié les actions que la Chine a mises en œuvre en réponse à l’épidémie, sa rapidité à identifier le virus et son ouverture au partage d’informations avec l’OMS et d’autres pays ».

« Il reste beaucoup à comprendre sur la 2019-nCoV. La source de l’épidémie et l’étendue de sa propagation en Chine ne sont pas encore connues », a écrit le service presse.

Bien que la compréhension actuelle de la maladie reste limitée, la plupart des cas signalés à ce jour ont été plus bénins, avec environ 20% des personnes infectées souffrant d’une maladie grave.

L’OMS et la Chine ont noté que le nombre de cas signalés, y compris ceux hors de Chine, était profondément préoccupant. Il est urgent de mieux comprendre la transmissibilité et la gravité du virus pour guider d’autres pays sur les mesures de riposte appropriées.

L’OMS a dit suivre en permanence l’évolution de la situation et le Directeur général peut convoquer à nouveau le Comité d’urgence du Règlement sanitaire international (2005) dans les plus brefs délais si nécessaire. Les membres du comité sont en attente et sont régulièrement informés de l’évolution de la situation