L’usage de l’encens remonte à la période pré-Qin (c. 2100-221 avant J.C.). A cette époque, l’encens est principalement utilisé pour des rituels et des cérémonies cultuelles.

Des archéologues chinois ont découvert des encens dans les ordonnances médicales datant de la dynastie des Han occidentaux (206 avant JC.- 24 de notre ère). Puis durant la dynastie des Tang (618-907), l’encens était utilisé pour stériliser les chambres, les linges de lit et les vêtements, et pour traiter les problèmes de santé.

L’utilisation de l’encens pour des raisons médicinales se répand lors de la dynastie des Song (960-1279), lorsque les familles royales ont mis en place leurs propres services de fabrication d’encens.

Lire aussi : L’artisanat chinois, un savoir-faire inégalé

Durant la dynastie des Qing (1644-1911), les chinois ont comme tradition de fabriquer des sachets et des pilules parfumées au cours du premier mois de l’année lunaire, afin de se préserver de diverses maladies.

A nos jours, l’encens à base de plantes est de plus en plus utilisé pour soulager les douleurs, traiter les problèmes de santé mentale comme la dépression et faire des produits de soins de la peau et cosmétiques.

Li Shiliang a été nommé héritier du patrimoine immatériel au niveau national par le Conseil d’État en 2014. Il est l’héritier de la 5ème génération du savoir-faire de la préparation des encens médicinaux dans sa famille.

Poursuivant la tradition familiale, il fabrique de l’encens à base de plantes pour des fins médicinales et de la promotion de son utilisation dans la vie quotidienne.

Les activités de fabrication de l’encens à base de plantes de la famille Li remontent au milieu de la dynastie des Qing, selon un article publié par la revue ChinaToday. Des formules traditionnelles et processus de production utilisés autrefois pour fabriquer de l’encens pour la cour royale ont été transmis de génération à génération.

À l’âge de 10 ans, Li était déjà en mesure de distinguer un certain nombre d’herbes différentes et tenaient plusieurs recettes d’encens par cœur. D’ailleurs, la grand-mère de ce dernier était une praticienne de médecine traditionnelle chinoise.

Après avoir pris le relais des affaires de sa famille en 1999, Li Shiliang est allé à l’université pour apprendre l’histoire et la médecine traditionnelle chinoise, et pour compléter ses connaissances.

Il a expliqué que certaines formules et techniques sont perdues au fil des générations. À ce titre, il a cherché à combler ces lacunes grâce à l’éducation universitaire.

Après avoir terminé ses études universitaires, il a commencé son voyage à la recherche d’encens à travers la Chine et à l’étranger pour découvrir l’histoire de la fabrication de l’encens et des techniques de production dans les régions différentes.

Li Shiliang a partagé et échangé des expériences avec des artisans de fabrication d’encens dans la région autonome du Tibet et dans les provinces du Qinghai et du Yunnan, et a étudié les méthodes de fabrication d’encens avec des herbes cultivées à haute altitude.

Ce dernier a expliqué au ChinaToday que « la façon dont les groupes ethniques Bai et Miao plantent les herbes et fabriquent de l’encens m’a ouvert les yeux », ajoutant qu’il s’est rendu en France, en Ukraine, au Moyen-Orient et en Amérique du Sud pour parfaire ses connaissances.

Li Shiliang a intégré ces expériences dans la confection de recettes familiales et a créé des produits, tels que du papier et du thé à base de plantes. Il a également partagé son expertise avec d’autres fabricants d’encens.

Ce dernier a fondé en 2008 une entreprise pour produire et commercialiser l’encens médicinal. « Le produit n’a pas intéressé le grand public au début parce que pas mal de gens associent l’encens avec les rituels religieux », mais depuis la situation a changé et l’encens médicinal est devenu un élément dans la vie quotidienne des chinois.

Face à l’engouement et aux évolutions, la fabrication d’encens médicinal a été nommée patrimoine culturel immatériel national en 2014. Li Shiliang explique alors le processus, « tous les ingrédients doivent être naturels et suivre des protocoles qui ont été testés et éprouvés ».

Les ingrédients doivent ensuite être pesés avec soin pour assurer un produit équilibré et des procédures doivent être prises pour réduire ou éliminer les propriétés indésirables. De plus, certains types d’encens ne peuvent être fabriqués que pendant de certaines périodes de l’année.