dimanche, juin 16

L’artisanat chinois, un savoir-faire inégalé

Depuis plus de 4000 ans, l’artisanat chinois se transmet de génération en génération avec une expertise dans plusieurs domaines tels que la poterie, l’art de la soie, la céramique et la porcelaine. Vous avez sûrement entendu parler des fameux vases Ming, mais il y a de nombreux objets issus de l’artisanat chinois qui font partie de notre quotidien.

L’artisanat de la céramique en Chine

La poterie est un art qui est apparu à l’ère paléolithique. En Chine, les premières poteries de qualité proviennent de l’ère Yangshao 4500 ans avant l’ère commune. Depuis cette époque, l’artisanat de la céramique chinois a connu de nombreuses évolutions sans pour autant perdre son savoir-faire ancestral. Outre les objets en céramiques connus de la dynastie des Ming, l’armée enterrée de 7000 soldats en terre-cuite de Qin Shi Huangdi est peut-être l’aboutissement le plus célèbre de l’art de la poterie chinois.

De nos jours, la céramique est toujours travaillée à la main par les artisans pour fabriquer des objets d’une rare beauté. En Asie, on retrouve des sculptures à figurines travaillées soigneusement comme le brûleur d’encens dragon, un porte-encens en terre cuite fait main pour diffuser de l’encens dans le foyer tout en le protégeant des énergies négatives. Car la poterie chinoise, comme de nombreux arts traditionnels, aime intégrer un côté spirituel dans la conception de produits originaux et souvent utiles pour la vie quotidienne.

En termes de porcelaine, la poterie chinoise se distingue par les vases bleus et blancs avec une décoration faite à l’aide de cobalt importé du Moyen-Orient ou produit localement. Les thèmes représentés sur ces porcelaines font souvent référence à des paysages connus, des oiseaux ou des symboles bouddhistes de longévité.

Lire aussi : Yangshao et Longshan, les ères néolithiques

L’art de la soie de Chine

Cet art traditionnel remonte au 30e siècle avant J.C. et de nombreuses légendes, parfois romantiques et mystérieuses, ont été écrites pour raconter la découverte de la soie. Les Chinois ont commercialisé ce tissu précieux pendant plusieurs millénaires sans jamais en transmettre le secret avant que cet art soit transmis par des espions !

Il faut dire que le territoire chinois est propice à la production de soie grâce à de bonnes conditions naturelles qui ont conduit à l’élevage des vers à soie (tussah) qui s’y est développé très tôt. En Chine, il existe une dizaine de variétés de soie différentes pour fabriquer des vêtements ou des objets de décorations comme les brocarts, les mousselines ou les satins.

À l’origine, seuls les membres de la famille impériale pouvaient porter de la soie. On utilisait également cette matière pour la fabrication de certains instruments de musique ou pour des armes comme les arcs. Avec le temps, la soie devient même une monnaie d’échange comme a pu l’être l’or, pour payer des fonctionnaires ou des citoyens méritants.

Pour avoir une idée de l’importance de l’artisanat chinois de la soie, c’est presque un million d’artisans chinois qui travaillent la soie. La Chine représente 85% du volume d’exportation mondial.

Si l’industrialisation et la transmission des techniques de fabrication de la céramique, de la soie et d’autres arts chinois ont apporté une concurrence internationale, l’artisanat chinois garde son savoir-faire exceptionnel reflétant une culture et une philosophie millénaire.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *