Plusieurs experts cités par les médias chinois ont indiqué que « les multinationales mondiales figurant dans le classement Fortune Global 500 restent optimistes sur la Chine ».

Selon eux, ces entreprises « mettent en place de nouveaux projets et augmentent les investissements dans les installations existantes, malgré les perspectives économiques mondiales floues dues aux vents contraires de l’épidémie de Covid-19 et aux frictions commerciales croissantes ».

Selon les données fournies par le ministère chinois du Commerce, entre janvier et juillet 2020, 17 703 nouvelles entreprises à capitaux étrangers ont été créées en Chine, en hausse de 12% d’une année sur l’autre.

Le 27 août, des accords pour 10 projets impliquant des investissements totaux de 797 millions de dollars (717,3 M€) d’entreprises européennes ont été signés lors d’une vidéoconférence en ligne tenue à Jinan, capitale de la province du Shandong (est de la Chine).

Ces projets sont pour la plupart financés par des entreprises allemandes, françaises, italiennes, autrichiennes, polonaises et suédoises. Ils couvrent des secteurs tels que la fabrication d’équipements haut de gamme, les nouveaux matériaux, la finance moderne, la biotechnologie et la fabrication alimentaire.

Pour les experts interrogés par le CIIE, « cette confiance renouvelée des entreprises étrangères découle en grande partie de la main tendue par la Chine », dans divers secteurs tels que l’investissement, la production et les opérations commerciales.

A cela s’ajoute les mesures engagées pour « assurer une reprise ordonnée du travail depuis la pandémie, ce qui a joué un rôle important dans le maintien des chaînes d’approvisionnement mondiales ».

Jens Eskelund, vice -président de la Chambre de commerce de l’Union européenne en Chine, a indiqué aux médias chinois que malgré l’effet de la pandémie et les tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis, près de 92% des entreprises européennes ont déclaré dans un récent sondage qu’elles souhaitaient installer des bases dans le Shandong et ne prévoyaient pas de quitter la province.

Province du Shandong

«Depuis que nous sommes entrés en Chine dans les années 1980, nous assistons au développement rapide de la Chine qui est devenue l’un des marchés les plus importants pour nous», a souligné Sanjiv Lamba, PDG de la région Asie-Pacifique de Linde Plc, un fabricant de gaz.

Dans la province du Shandong, la société Linde a mis en place des installations dans quatre villes. Cette dernière prévoit d’ajouter 1,3 milliard de dollars (1,17 mds €) supplémentaires d’investissements dans les secteurs des produits chimiques haut de gamme et de l’énergie hydrogène.

Pour Thierry Delmarcelle, directeur de la stratégie et de l’innovation au cabinet de conseil mondial Deloitte Asie-Pacifique, « un environnement commercial et des perspectives économiques solides rendent la Chine attractive pour les investissements étrangers ».

«Le Shandong a formulé et introduit 20 mesures innovantes d’optimisation des investissements étrangers, qui visent à transformer la province en une destination d’affaires et d’investissement de premier ordre avec un degré élevé d’internationalisation, de commodité et d’innovation», a indiqué ce dernier.

Il a souligné que «malgré l’effet Covid-19, l’économie du Shandong a fait preuve d’une forte résilience». D’ailleurs, selon les données fournies par Deloitte, depuis le début de l’épidémie, 1156 entreprises à capitaux étrangers se sont installées dans le Shandong au cours du premier semestre de cette année, en hausse de 6,5% d’une année sur l’autre.

Yang Hua, directeur général de Henkel’s Loctite Co Ltd, un fabricant d’adhésifs basé à Yantai, dans le Shandong, a souligné que «les autorités locales ont déployé des efforts concertés pour nous aider à reprendre la production. Elles ont envoyé des fournitures médicales, telles que des masques et des désinfectants, pour nous aider à reprendre la production dès le début de l’épidémie».