Hong Kong est le seul endroit de Chine où la commémoration du massacre de Tiananmen est possible. Ce qui explique les milliers de Hongkongais et chinois du continent se sont réunis le 3 juin au soir dans un parc pour la traditionnelle veillée aux chandelles à la mémoire des victimes des manifestations de la place Tiananmen.

La foule tenait des bougies, puis chantait, et écoutait les discours des divers intervenants. Ce rassemblement est organisé par des vétérans du combat pour la démocratie pour demander la démocratisation du régime chinois et la justice pour les victimes de Tiananmen.

Ces dernières années, il est question des droits et libertés à Hong Kong, garantis jusque 2047 par l’accord sino-britannique, signé à la rétrocession du territoire en 1997. L’inquiètude vis-à-vis de de ces droits s’est récemment accentuée par un projet de loi visant à autoriser les extraditions vers la Chine continentale, comme sur le sol chinois.

Ce projet de loi a suscité une levée de boucliers des milieux économiques et des critiques de juristes. Des manifestations avaient conduit au «Mouvement des Parapluies» qui avait paralysé le centre de la ville pendant plusieurs semaines en 2014.

D’ailleurs pendant des années, cette veillée a rassemblé plus de 100’000 personnes, mais la participation a diminué après l’échec des manifestations pro-démocratie du Mouvement des Parapluies en 2014.

Cette veillée intervient d’ailleurs quelques semaines après l’incarcération de plusieurs figures de cette mobilisation sans précédent.

A lire aussi : Des leaders du mouvement des parapluies devant la justice

« La veillée de Victoria Park est symbolique pour montrer que les Hongkongais ne peuvent pas être intimidés », a déclaré dans un communiqué l’Alliance Hong Kong, l’un des organisateurs. Cette dernière a ajouté que « c’est la preuve que le Parti communiste chinois ne mettra jamais Hong Kong au pas ».