La Chine a accusé ce 4 juin d’« arrogance » le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo, qui avait déclaré que les Etats-Unis avaient depuis perdu tout espoir d’ouverture de la société chinoise.

Les déclarations faites, le 3 juin, par Mike Pompeo sur les événements de Tian’anmen de 1989 et sur l’évolution ultérieure de la Chine sont motivées par « les préjugés et l’arrogance », a déclaré dans un communiqué un porte-parole de l’ambassade de Chine à Washington.

Toute personne qui tente « de prendre de haut et d’intimider le peuple chinois (…) finira dans les poubelles de l’histoire« , a-t-il ajouté. « Il s’agit d’un affront au peuple chinois et d’une grave violation du droit international et des normes fondamentales qui régissent les relations internationales », a écrit le porte-parole de l’ambassade.

Mike Pompeo a rendu hommage « aux héros du peuple chinois qui se sont courageusement levés il y a trente ans place Tiananmen pour exiger leurs droits ».

« Dans les décennies qui ont suivi, les Etats-Unis ont espéré que l’intégration de la Chine dans la communauté internationale déboucherait sur une société davantage ouverte et tolérante. Ces espoirs ont été balayés. L’Etat chinois à parti unique ne tolère aucune dissidence et viole les droits humains à chaque fois que c’est dans son intérêt », avait écrit le secrétaire d’Etat américain.