Le conseiller d’Etat et ministre des Affaires étrangères de Chine Wang Yi a précisé le 6 janvier les trois objectifs de sa visite en Afrique, lors de sa rencontre avec la secrétaire du Cabinet des Affaires étrangères du Kenya, Raychelle Omamo, à Mombasa.

Wang Yi  a expliqué que «la diplomatie chinoise a une tradition depuis 32 ans selon laquelle elle réserve ses premières visites de l’année à l’étranger à des pays africains. Cette tradition montre par des actions concrètes que la Chine attache une grande importance à ses liens étroits avec l’Afrique, que sa diplomatie accorde la priorité à l’Afrique et qu’elle est prête à toujours resserrer ses liens et ses partenariats avec l’Afrique».

« Malgré les défis posés par la pandémie, nous sommes venus ici comme prévu, qu’il pleuve ou qu’il vente, et nous restons fidèles à notre aspiration initiale. C’est le fond de l’amitié Chine-Afrique« , a déclaré le ministre, ajoutant que sa visite en Afrique « a trois objectifs principaux ».

Le premier objectif : travailler avec l’Afrique pour vaincre l’épidémie. Le monde est confronté à la nouvelle vague du variant Omicron. En tant qu’amie de l’Afrique, la Chine ne restera jamais les bras croisés. Le président chinois Xi Jinping a annoncé que la Chine va fournir à l’Afrique un milliard de doses supplémentaires de vaccins. Le programme d’aide en cours est le plus vaste jamais lancé en Afrique. Les vaccins sont expédiés par voie maritime vers toutes les régions de l’Afrique où ils sont nécessaires.

« Aujourd’hui, nous annonçons l’envoi de 10 millions de doses supplémentaires de vaccins au Kenya. Nous serons aux côtés de nos frères et sœurs africains jusqu’à ce que la victoire finale soit remportée », a affirmé Wang Yi.

Le deuxième objectif : faire en sorte que la mise en œuvre des résultats du Forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC) soit accélérée. Il y a plus d’un mois, la 8e conférence ministérielle du FOCAC s’est tenue avec succès. Le président Xi a annoncé « neuf programmes » sur la coopération pragmatique Chine-Afrique.

La série de documents de coopération bilatérale signés par la Chine et le Kenya aujourd’hui est la première récolte des « neuf programmes » au Kenya.

Lire aussi : La Chine prévoit neuf programmes avec les pays africains

« Nous sommes prêts à renforcer la synergie avec nos partenaires africains, à retrousser nos manches et à travailler dur pour mettre en œuvre tous les résultats de la conférence au profit du peuple africain, à aider l’Afrique à accélérer son redressement post-épidémique et à l’engager rapidement sur la voie du développement indépendant et durable », a assuré Wang Yi.

Le soi-disant « piège de la dette » en Afrique n’est pas un fait, mais plutôt un discours teinté d’arrière-pensées, a assuré le ministre chinois. C’est une « litanie de paroles ânonnées par des forces extérieures pour entraver le développement de l’Afrique. S’il y a un « piège » en Afrique, c’est le piège de la pauvreté et le piège du retard », selon le ministre chinois.

Lire aussi : Les investissements et l’influence de la Chine s’élargissent en Afrique

Le troisième objectif : défendre fermement les intérêts communs de la Chine et de l’Afrique. Face à l’hégémonie, aux tyrans et aux actes unilatéraux, la Chine et l’Afrique ont la responsabilité de pratiquer conjointement un véritable multilatéralisme et de sauvegarder l’équité et la justice internationales.

«La Chine est prête à renforcer la coordination et la coopération avec l’Afrique dans les affaires internationales et régionales, à sauvegarder le système international avec les Nations Unies en son centre et les normes fondamentales régissant les relations internationales, à sauvegarder les intérêts légitimes des pays en développement et à rendre l’ordre international plus juste et équitable», a ajouté Wang Yi.