« La démocratie taïwanaise est un trésor à protéger« , a déclaré l’eurodéputé français Raphaël Glucksmann, qui a mèné une délégation du Parlement européen à Taipei. Ce dernier a promit aux autorités taiwanaises de continuer à soutenir l’île, au moment où ses relations avec la Chine ne cessent de se tendre.

La délégation menée par l’eurodéputé français, qui fait partie de la liste des élus sanctionnés par la Chine en mars 2021, est décrite comme la première représentation « officielle » du Parlement européen à Taiwan.

Raphaël Glucksmann a qualifié « la démocratie taïwanaise de trésor que tous les démocrates dans le monde devraient chérir et protéger ». « Et nous sommes venus ici avec un message très simple et très clair: vous n’êtes pas seuls », a-t-il assuré lors d’une rencontre avec la dirigeante, Tsai Ing-wen.

« L’Europe est à vos côtés, à vos côtés pour défendre la liberté, l’État de droit et la dignité humaine », a-t-il continué en exhortant l’Union européenne à renforcer la coopération avec l’île.

L’eurodéputé a salué les mesures prises à Taiwan pour « défendre la démocratie tout en assurant le développement d’une société civile robuste et d’un environnement médiatique ouvert », selon le communiqué du gouvernement taiwanais.

« Il est grand temps pour nous, dans l’Union européenne, de montrer que nous sommes dans le même bateau (…) nous devons ensuite établir un programme très concret de réunions de haut niveau et de mesures concrètes de haut niveau pour construire ensemble un partenariat UE-Taïwan beaucoup plus fort ».

TAIWAN VEUT APPROFONDIR SA RELATION AVEC L’UE

De son côté, Tsai In-wen a indiqué que « Taiwan est déterminé à approfondir son partenariat avec l’Union européenne (UE) dans le but de sauvegarder la liberté et la démocratie pour les peuples de part et d’autre ».

« Les échanges entre Taiwan et l’Europe sont dans l’intérêt du monde entier », a-t-elle déclaré en se félicitant de la récente visite en Europe du ministre des Affaires étrangères Joseph Wu, ainsi que de l’adoption par le Parlement européen du Rapport sur les relations politiques et la coopération entre l’UE et Taiwan.

Lire aussi :  Des parlementaires européens en visite à Taïwan

D’après Tsai Ing-wen, « le gouvernement taïwanais met tout en œuvre pour travailler avec des partenaires animés du même esprit à combattre les menaces hybrides et à désarmer la désinformation ».

Ainsi, « Taiwan et la République tchèque ont signé le mois dernier un protocole de coopération sur la cybersécurité, alors que plusieurs ateliers sur ces thèmes ont été organisés sous l’égide du Cadre global de coopération et de formation (GCTF), une architecture animée par Taiwan, les Etats-Unis, le Japon et l’Australie, et destinée à renforcer la collaboration bilatérale et multilatérale sur les questions internationales et régionales », a indiqué la dirigeante taiwanaise.

En septembre 2021, Prague a accueilli le premier atelier GCTF organisé sur le sol européen, consacré à la restructuration des chaînes d’approvisionnement. « Taiwan est désireux et capable de partager son expérience dans tous les domaines et de renforcer ainsi ses relations avec l’UE », a indiqué Tsai Ing-wen.

PÉKIN DÉNONCE LA VISITE DES EURODÉPUTÉS

Une mission chinoise à Bruxelles a averti qu’une visite d’eurodéputés à Taïwan « porterait atteinte aux intérêts fondamentaux de la Chine et compromettrait le développement sain des relations Chine-UE ».

La Chine a intensifié ses actions ces dernières années pour isoler Taïwan sur la scène internationale et enrayer toute tentative de reconnaissance comme Etat indépendant de ce territoire qui a son propre gouvernement.

La Chine a réagi avec colère lorsqu’un groupe de sénateurs français a fait le voyage à Taipei le mois dernier et lorsque le ministre taïwanais des Affaires étrangères Joseph Wu a été accueilli en Slovaquie et en République tchèque.

Les relations entre la Chine et Taïwan se sont fortement dégradées depuis l’arrivée au pouvoir en 2016 de Mme Tsai, qui considère son île comme souveraine et non comme faisant partie de la Chine.

Le ministre taïwanais de la Défense a assuré que les tensions militaires avec Pékin étaient à leur plus haut depuis 40 ans, après un nombre record d’incursions d’avions de chasse chinois dans la zone d’identification de défense aérienne (Adiz) de l’île début octobre.