Avec 31,05 milliards de dollars (26,7 mds €) pour le mois d’août, l’excédent de la Chine vis-à-vis des États-Unis a atteint un record. Selon les statistiques publiées par les Douanes chinoises, le pays a fait encore mieux en septembre, avec 34,13 milliards (29,4 mds €).

Ces données devraient énerver le président américain Donald Trump, qui déclarait mercredi que les Chinois « pensent que les Américains sont bêtes », et a renouvelé sa menace d’accroître encore les sanctions envers la deuxième économie mondiale.

Donald Trump reprend se charge contre la Chine

Afin de faire pression sur la Chine pour qu’elle réduise son excédent, Washington a imposé ces trois derniers mois des droits de douane punitifs visant des marchandises chinoises d’une valeur de 250 milliards de dollars par an. Des sanctions portant sur 200 milliards de dollars sont entrées en vigueur le mois dernier.

En réaction à ces taxes, le gouvernement chinois, qui importe beaucoup moins qu’il n’exporte aux États-Unis, a frapper pour 110 milliards de dollars de biens américains ces derniers mois.

« Les frictions commerciales sino-américaines ont causé des problèmes et heurté le développement de notre commerce international », a indiqué Li Kuiwen, porte-parole des Douanes, estimant que les dégâts devraient être contenus cependant.

Donald Trump a de nouveau menacé la 11 octobre d’imposer des sanctions supplémentaires, car les mesures prises par Washington avaient « déjà eu un grand impact » sur les Chinois. « Leur économie a ralenti très fortement », a-t-il lancé.

« Je peux faire beaucoup plus si je veux », a menacé le président américain, laissant à nouveau planer le spectre de nouveaux droits de douane. « Je ne veux pas le faire, mais il faut qu’ils [les Chinois] viennent à la table des négociations », a-t-il ajouté.

Alors que les discussions entre les deux pays sont au point mort, Donald Trump a affirmé que Pékin « veut désespérément négocier ». Dans une interview avec la chaîne Fox News, il a repris ses reproches selon lesquels la Chine doit son expansion économique à l’argent américain et à ses excédents commerciaux à l’égard des États-Unis.

La Chine proteste et assure avoir réussie seule 

« Nous avons aidé à reconstruire la Chine plus que tout autre », « la Chine nous prenait 500 milliards de dollars pas an », mais « maintenant c’est fini », a martelé Donald Trump. La Chine a réfuté cette déclaration, affirmant que le développement de tout pays ne dépend en définitive que de lui-même.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Lu Kang, a déclaré que « l’affirmation des dirigeants américains qui attribue le succès de la Chine à des excédents commerciaux chroniques en faveur de Beijing n’a pas le moindre fondement logique ».

Ce dernier a ajouté que « la Chine devait ses énormes progrès en matière de développement à la direction avisée du PCC et à la voie du socialisme à caractéristiques chinoises, aux efforts inlassables du pays pour faire avancer les réformes et l’ouverture, ainsi qu’au travail et à la sagesse du peuple chinois ».

Concernant le déficit commercial des États-Unis avec la Chine, Lu Kang a indiqué qu’il résultait « des avantages comparatifs de la Chine et des facteurs de division du travail. Le commerce extérieur de la Chine ». Ce dernier a expliqué que cet excédent se base sur les principes du marché, car les États-Unis achètent plus à la Chine qu’ils ne vendent et appliquent eux-mêmes des restrictions à l’exportation de certains produits, ce qui a naturellement entraîné des déficits.