Jour férié, le «Double-Dix» commémore l’anniversaire du soulèvement du 10 octobre 1911, ayant entraîné la chute de la dynastie Qing et la fin du régime impérial pour la fondation de la République chinoise présidée par Sun Yat-sen.

Le Double-Dix est considéré comme une fête nationale. De grandes parades sont organisées devant le bâtiment présidentiel à Taipei, ainsi que des représentations de danses populaires, d’acrobaties, d’arts martiaux, de danses du dragon et du lion. Un feu d’artifice géant tiré au-dessus du fleuve Tamshui marque la fin de la journée de fête nationale.

Cette année, les chefs d’Etat ou de gouvernement du Paraguay, de Sainte-Lucie et de Saint-Christophe-et-Niévès ont assisté aux cérémonies aux côtés de 650 dignitaires étrangers venus de pays alliés, afin notamment de renforcer les relations entre Taïwan et ses alliés diplomatiques d’Amérique du Sud et de la Caraïbe.

La fête nationale a également été célébrée le 3 octobre par l’ambassade de Taïwan auprès du Saint-Siège, l’occasion pour l’ambassadeur Matthew Lee de partager son opinion sur l’accord provisoire récemment signé entre le Vatican et Pékin à propos de la nomination des évêques, et de réaffirmer la solidité des liens diplomatiques entre Taipei et le Vatican.

Dans son discours, l’ambassadeur a estimé que « l’objectif du Vatican avec cet accord provisoire était d’affirmer la hiérarchie ecclésiastique, d’offrir aux catholiques de Chine continentale une chance de vivre normalement leur foi, et de promouvoir la liberté religieuse ».

Cet accord, a souligné Matthew Lee, «ne porte que sur des questions religieuses et non diplomatiques», ajoutant que «pour la première fois, le Parti communiste chinois reconnaît le pape comme le chef de l’Eglise catholique en Chine, rompant ainsi avec ses dogmes dépassés de non-interférence par des pays étrangers dans les affaires de la Chine communiste et de non-affiliation des religions de la Chine à des religions étrangères».