mercredi, mai 22

L’initiative de la Chine visant à stimuler son secteur manufacturier porte ses fruits pour le moment.

La Chine a intensifié ses investissements dans les secteurs stratégiques de la fabrication, ce qui a porté ses fruits l’année dernière. La croissance des investissements a été menée par le secteur de l’énergie renouvelable et ses produits associés, incluant les « véhicules à nouvelle énergie ».

Cependant, la croissance des investissements dans la capacité de production devrait ralentir cette année en raison d’une surcapacité généralisée. Avec la poursuite de la correction du secteur immobilier, la croissance de l’investissement total en immobilisations devrait être inférieure à celle de l’année dernière.

En raison de surcapacités déjà existantes, la Chine cherche à augmenter davantage ses exportations. L’expansion de sa part de marché à l’exportation, y compris dans les produits liés aux énergies renouvelables, pourrait soutenir la croissance à un niveau proche de l’objectif du gouvernement, mais cela s’accompagne d’un risque croissant de restrictions commerciales à l’avenir.

Aux États-Unis, J. Safra Sarasin Sustainable Asset Management observe la fin de la phase de déstockage qui a influé sur l’indice ISM manufacturier pendant la majeure partie de l’année passée. Selon notre nouveau modèle, l’ISM devrait prendre de l’élan dans les mois à venir, stimulé par une demande anticipée plus forte, un net rebond des ventes de semi-conducteurs ces six derniers mois, et un impact moindre du dollar.

Le marché des actions au Royaume-Uni a accusé un retard d’environ 15% par rapport au rebond global des actions depuis novembre. Cependant, J. Safra Sarasin Sustainable Asset Management pense que la tendance est en train de changer pour les actions britanniques. La reprise menée par les technologies semble s’essouffler, alors que le rebond manufacturier mondial actuel soutient les secteurs des matières premières et les stratégies axées sur la valeur.

Le marché des actions au Royaume-Uni devrait bénéficier tactiquement d’un contexte de change plus favorable et d’une inversion de la dynamique sectorielle. Cependant, d’un point de vue stratégique, le manque d’exposition à la croissance et à la technologie limite les perspectives de rendement à long terme.

Avec J. Safra Sarasin Sustainable Asset Management

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *