Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, a accusé le 23 septembre la Chine de tenter de «fomenter» des mouvements de colère aux Etats-Unis à travers sa critique du racisme.

Mike Pompeo, chef de la diplomatie américaine

La colère est ravivée aux Etats-Unis après l’inculpation d’un des policiers impliqués dans la mort de Breonna Taylor* pour mise en danger de la vie d’autrui et non pour homicide. Des manifestations ont éclaté dans tout le pays .

Mike Pompeo a assuré que le Parti Communiste Chinois «pense pouvoir étouffer les voix américaines qui lui réclament de rendre des comptes en criant plus fort pour dénoncer le racisme».

Ce dernier s’est exprimé lors d’une intervention inhabituelle pour un secrétaire D’état devant les parlementaires républicains du Wisconsin, un État très disputé en vue de la présidentielle de novembre.

«Il veut fomenter des troubles comme ceux qu’on a vu à Minneapolis, à Portland ou ici, à Kenosha», a-t-il ajouté au Capitole de l’État. «C’est révoltant. Nous ne pouvons pas laisser faire», a-t-il déclaré à plusieurs reprises.

Depuis plusieurs mois, les Etats-Unis sont confrontés à une vague de colère sans précédent contre le racisme et les brutalités policières contre les afo-américains. Mike Pompeo, un des principaux faucons anti-Chine du gouvernement Trump, a cité une lettre d’un diplomate chinois à un élu du Wisconsin pour appuyer ses accusations.

Cette lettre évoquait «l’opposition ferme» de la Chine «à la discrimination raciale et à la xénophobie» contre la communauté chinoise au sujet du coronavirus. «La colère justifiée de l’Amérique contre le Parti communiste chinois pour sa gestion du coronavirus n’a rien à voir avec des questions raciales mais a tout à voir avec les morts, les enfants privés d’école et les emplois perdus», a-t-il insisté.

Le président Trump et son secrétaire d’Etat accusent la Chine d’avoir menti initialement sur la gravité du Covid-19 et d’avoir donc permis la propagation de l’épidémie. Ils évoquent le «virus chinois», une formule qui suscite la colère de la Chine, mais qui a aussi été dénoncée comme stigmatisante par de nombreux Américains d’origine asiatique.

Lire aussi : Donald Trump défend l’usage de «virus chinois», Beijing dénonce

* Breonna Taylor est une Afro-Américaine de 26 ans, qui a été tuée à son domicile le 13 mars 2020 en pleine nuit par des policiers, lors d’une perquisition dans son appartement à Louisville dans le Kentucky. Brett Hankison, policier impliqué dans la fusillade, a été inculpé pour mise en danger de la vie d’autrui, non pas pour la vie de Breonna Taylor, mais celle de ses voisins, qui ont reçu dix balles perdues dans leur domicile lors de la fusillade.