Le président américain Donald Trump a défendu le 17 mars l’usage de «virus chinois» pour désigner le coronavirus, une expression qui a provoqué la colère de Beijing.

«(Le virus) est venu de Chine. Je pense que c’est une formule très exacte», a déclaré M. Trump. «La Chine diffusait des informations erronées selon lesquelles notre armée leur aurait transmis le virus. Plutôt que de se lancer dans une polémique, j’ai dit: je vais l’appeler en utilisant le pays d’où il vient», a-t-il expliqué.

De son côté, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Geng Shuang, a indiqué que son gouvernement « est fortement indigné et s’oppose fermement à la stigmatisation par les Etats-Unis qualifiant le nouveau coronavirus de ‘virus chinois ».

Il a exhorté l’administration américaines à « corriger ses erreurs et à cesser de porter des accusations sans fondement contre la Chine ». Le porte-parole a déploré l’attitude de « certains politiciens américains (qui, ndlr) ont établi un lien entre le nouveau coronavirus et la Chine, visant à stigmatiser la Chine ».

Lors d’un point presse hebdomadaire, Geng Shuang a indiqué que « les Etats-Unis doivent d’abord faire, c’est bien gérer leurs propres affaires et jouer un rôle constructif dans la coopération internationale dans la lutte contre la pandémie et la sauvegarde de la sécurité de la santé publique mondiale ».