Face à l’absence de règles de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) fixant un cadre au e-commerce en pleine expansion, 76 pays et blocs régionaux, dont la Chine, ont accepté d’entamer des négociations dans ce domaine.

La Chine, en pleine guerre commerciale avec les Etats-Unis, a apporté un soutien conditionnel à cette initiative, estimant qu’il fallait tenir compte des besoins des pays en développement, ce qui pourrait agacer Washington.

Le commerce électronique (e-commerce) est devenu un secteur crucial pour l’économie mondiale. Selon un rapport de l’OMC, il a représenté 27.700 milliards de dollars (24.285 milliards d’euros), dont 24.000 milliards (21,12 mds €) de transactions entre entreprises.

En marge du Forum économique mondial de Davos, les négociateurs des 76 pays ont fixé un agenda pour ces négociations, espérant ainsi les voir démarrer cette année, afin d’établir rapidement de nouvelles règles pour l’e-commerce.

« J’affirme depuis un certain temps qu’il est inacceptable qu’en 2018 (…) l’OMC n’ait pas encore eu de conversation plus approfondie, plus fructueuse, concernant un phénomène qui dirige l’économie mondiale aujourd’hui », a déclaré Roberto Azevedo, directeur général de l’OMC.

« La Chine n’était pas signataire à l’origine mais maintenant ils le sont. Ils ont réaffirmé leur intention d’entamer les négociations sur le commerce électronique. Je pense que c’est une évolution favorable », a ajouté ce dernier, lors d’une conférence de presse à Davos.

L’ambassadeur de la Chine à l’OMC, Zhang Xiangchen, a indiqué que la déclaration sur l’e-commerce « aurait pu être mieux formulée » mais que Beijing souhaitait quand même la soutenir.

Toutefois, l’appel de Beijing à un « plein respect accordé aux demandes raisonnables des membres en voie de développement », pourrait aggraver les tensions avec Washington qui affirme que l’OMC doit arrêter d’accorder un traitement spécial aux pays comme la Chine qui se considère « en développement ».

Les 164 membres de l’OMC ne sont pas parvenus à consolider les 25 propositions sur l’e-commerce mises sur la table lors d’une réunion du G20 à Buenos Aires en décembre. Ils n’étaient pas parvenus, non plus, à mettre en place un forum de négociations sur l’e-commerce.

Le président américain Donald Trump qualifie l’OMC d’organisation inefficace puisqu’elle n’a pas demandé de comptes à la Chine, sur l’ouverture de son économie comme cela était envisagé lors de son adhésion en 2001.