Plus d’une vingtaine d’experts de haut rang, dont le virologue allemand Christian Drosten, auront la mission d’enquêter pour l’Organisation Mondiale de la Santé sur les nouveaux agents pathogènes et de se pencher à nouveau sur l’origine du Covid.

Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, avait annoncé cet été le lancement d’un « Groupe consultatif scientifique sur les origines des nouveaux agents pathogènes », baptisé SAGO selon l’acronyme anglais.

Lire aussi : Origine du Covid-19 : l’OMS demande un contrôle des laboratoires en Chine

Après un appel à candidatures, l’OMS a sélectionné 26 experts sur 700, parmi lesquels le virologue allemand Christian Drosten ; la Dr Inger Damon, des Centres fédéraux américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ; le Dr Jean-Claude Manuguerra, virologue à l’Institut Pasteur en France ; et le Dr Yungui Yang, directeur adjoint de l’Institut de génomique de Pékin.

« Conformément aux procédures de l’OMS, il y aura maintenant une période de consultation publique de deux semaines pour que l’OMS reçoive des commentaires sur les propositions de membres du SAGO et mette en place les modalités de la première réunion (…) », a indiqué l’agence onusienne dans un communiqué.

Certains experts sélectionnés ont déjà participé à la mission scientifique conjointe OMS-Chine sur les origines du Covid, comme la Néerlandaise Marion Koopmans et le Vietnamien Hung Nguyen.

Après un séjour en janvier 2021 Wuhan (Chine), point de départ connu de la pandémie, le rapport de l’OMS avait été publié le 29 mars. Sans apporter de réponse tranchée.

Lire aussi : Les experts chinois et de l’OMS n’ont pas pu percer les origines de la pandémie de Covid-19

Le rapport énumérait quatre scénarios probables, dont le plus vraisemblable était la transmission du virus à l’homme par l’intermédiaire d’un animal infecté par une chauve-souris.

Par la suite plusieurs hypothèses ont été mises sur la table dont une transmission directe sans animal intermédiaire ; une transmission par la nourriture, notamment la viande surgelée ; et enfin une fuite accidentelle de laboratoire, toutefois jugée « extrêmement improbable ».

Les experts de l’OMS avait écarté après leurs inspections cette dernière hypothèse. Les experts avaient alors du faire face à des critiques virulentes. Ils avaient été accusés d’atténuer la responsabilité de la Chine. Le patron de l’OMS avait alors rapidement assuré que  toutes les hypothèses restaient sur la table.

Dans le cadre de la pandémie, le SAGO devra orienter l’OMS sur les prochaines mesures à prendre pour comprendre quelles sont les origines du SARS-CoV-2, en publiant une « évaluation indépendante » de toutes les conclusions scientifiques et techniques disponibles dans le monde.