En janvier, l’envoi en Chine par l’OMS d’une mission d’experts n’avait pas permis de trouver l’origine exacte du coronavirus. Désormais, l’OMS souhaite mener de nouvelles enquêtes plus poussées.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a demandé le «contrôle des laboratoires» où les premiers cas de Covid-19 ont été identifiés en Chine, dans le cadre de la suite de son enquête sur l’origine de la pandémie.

En janvier, l’envoi en Chine par l’OMS d’une mission d’experts n’avait pas permis de faire toute la lumière sur le coronavirus qui a déjà fait plus de 4 millions de morts à travers le monde. Or l’Organisation Mondiale de la Santé fait face depuis des mois à une pression croissante pour qu’elle mène une nouvelle enquête approfondie sur les origines du Covid-19.

Lire aussi : A Wuhan, l’équipe de l’OMS émet des hypothèses sur l’origine du coronavirus

Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus

L’organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime qu’il faut mener des études ou des actions dans cinq principaux domaines, dont «des contrôles des laboratoires et des établissements de recherche concernés actifs dans la région où les premiers cas humains ont été identifiés en décembre 2019», a indiqué le directeur général de l’organisation, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Ce dernier a souligné, lors d’une réunion avec les représentants des États membres, que «nous attendons de la Chine qu’elle soutienne cette nouvelle phase du processus scientifique en partageant toutes les données pertinentes dans un esprit de transparence. De même, nous attendons de tous les États membres qu’ils soutiennent le processus scientifique en s’abstenant de le politiser».

Outre les contrôles des laboratoires chinois, a indiqué le Dr Tedros, l’OMS souhaite mener des «études intégrées portant sur les humains, les animaux sauvages, les animaux en captivité et d’élevage, et l’environnement» et «des études qui donnent la priorité aux zones géographiques où la circulation du SARS-CoV-2 a été signalée le plus tôt et aux zones limitrophes où l’on a constaté une forte prévalence de coronavirus lié au SRAS (SARSr-CoV) dans des réservoirs non humains».

Lire aussi : Origine du Covid-19 : l’OMS rejette la théorie de la fuite d’un laboratoire

L’OMS demande aussi que soient menées «des études liées aux marchés d’animaux à Wuhan et dans les environs, y compris des études suivies sur les animaux vendus au marché de gros de Huanan», ainsi que «des études liées aux activités visant à retracer l’historique des animaux, assorties de travaux supplémentaires en épidémiologie et épidémiologie moléculaire, y compris les premières séquences du virus».

Cette nouvelle phase de l’étude de l’OMS s’annonce délicate, car la Chine a rejeté les critiques du Dr Tedros sur le manque supposé de coopération de la Chine.

La Chine, où les premiers cas ont été détectés à Wuhan, dans le centre du pays, en 2019, doit «mieux coopérer» pour comprendre ce qui s’est «véritablement passé», avait estimé le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Lire aussi : La Chine doit «mieux coopérer» à l’enquête sur les origines du Covid-19

Pour le porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian, «certaines informations concernant la vie privée ne [pouvaient] être copiées et sorties du pays». Les experts de l’OMS ont toutefois pu «obtenir une grande quantité de données», et la Chine leur «a montré ligne par ligne» celles qui nécessitaient «une attention particulière», a-t-il souligné.

Le porte-parole a également rejeté les affirmations du directeur de l’OMS selon lesquelles «il y a eu une tentative prématurée» d’écarter la théorie de l’accident de laboratoire.

Longtemps balayée d’un revers de la main par la plupart des experts, cette théorie portée aux Etats-Unis par l’ex-administration Trump a été remise sur la table ces derniers mois dans le débat américain. «Cette question ne devrait pas être politisée», a regretté Zhao Lijian.