La Chine a ratifié ce samedi 3 septembre l’accord sur le climat conclu le 12 décembre à Paris, lors de la Conférence internationale sur le climat, organisée par les Nations Unies.

Le Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale (Parlement) a ratifié l’accord de Paris sur le climat. D’après l’agence de presse, Xinhua, « les législateurs ont voté et adopté la proposition pour examiner et ratifier l’Accord de Paris« . Ce traité vise à contenir le réchauffement climatique sous le seuil critique de 2° voire 1,5°C, par rapport au niveau préindustriel.

Le pays devra engager des efforts immenses pour pouvoir réduire ses émissions, d’autant plus que le géant asiatique tire près de 70% de son électricité du charbon, produisant environ 24% des émissions mondiales de CO².

Cet accord de Paris a été formellement signé par 180 pays, mais chacun doit, selon ses propres modalités institutionnelles, ratifier le texte. Pour que le traité entre en vigueur à l’échelle mondiale, il faut qu’au moins 55 pays représentant 55% des émissions mondiales de gaz à effet de serre ratifient le texte.

A l’heure actuelle, seuls 24 pays ont été au bout du processus, principalement les petits Etats insulaires, les plus exposés aux conséquences des changements climatiques, mais qui ne représentent que 1,08% des émissions.

D’après Li Shuo, conseiller climat pour Greenpeace, « Chine et Etats-Unis devraient faire un énorme bond en avant en dévoilant samedi les résultats d’évaluations croisées de leurs programmes de soutien aux énergies fossiles ».  

Hangzhou, hôte du G20 « doit être l’occasion pour les dirigeants d’établir un calendrier pour éliminer leurs subventions aux carburants fossiles« , pour le jeune activiste écolo de Greenpeace.