Les journées Sino-ivoiriennes de l’investissement et du Partenariat public-privé se dérouleront du 9 au 10 septembre 2021, à Abidjan.

Cette 2nde édition des journées confirme la volonté de poser un cadre de promotion entre la Chine et la Cote d’Ivoire, afin de partager connaissances et des expériences dans le but de motiver les jeunes entrepreneurs locaux à collaborer avec les entreprises chinoises.

L’ambassadeur de Chine en Côte d’Ivoire, Wan Li, a indiqué à la presse : «nous espérons tous avec confiance un meilleur ami des relations bilatérales Chine-Côte d’Ivoire. Les échanges entre nos deux pays se sont de plus en plus multipliés et leur amitié s’est consolidée».

Interviewé par Chine-Magazine.Com, SERI Ahoua Ronald Christian explique les raisons de la création de ces Journées Sino-ivoiriennes de l’investissement et du Partenariat public-privé. Ce dernier est Président Exécutif du Congrès International des Jeunesses d’Afrique et de Chine (CONIJAC) et est l’organisateur des Journées Sino-Ivoiriennes de l’Investissement et du Partenariat.

POUR QUELLES RAISONS AVEZ-VOUS DÉCIDÉ DE CRÉER CES JOURNÉES ?

Les relations économiques et commerciales entre la Chine et nos pays africains, ces dernières années, connaissent une croissance spectaculaire. De plus en plus, les échanges commerciaux entre la Chine et la Côte d’Ivoire battent les records auxquels l’on pouvait s’attendre.

De grands projets structurants de l’État sont confiés à des Entreprises chinoises (les 4e et 5e ponts de la ville d’Abidjan, l’Université et le stade de San-Pedro). Dès lors que les échanges deviennent intenses, il faut travailler à les fluidifier, à assainir l’environnement des affaires.

C’est à ces fins que nous initions les Journées Sino-Ivoiriennes de l’Investissement et du Partenariat qui sont aussi une occasion pour partager le modèle de gouvernance des entreprises chinoises aux entreprises africaines.

COMMENT SONT ACCUEILLIES LES JOURNÉES PAR LES PARTICIPANTS ?

Les entreprises africaines et chinoises accueillent bien cet évènement. A la première édition, elles étaient assez nombreuses. A cette édition, elles le seront encore plus. De grosses entreprises telles que les ports d’Abidjan et de San-Pedro, Côte d’Ivoire Energie nous ont confirmé leur participation.

QUELS ONT ÉTÉ LES RÉSULTATS DES PRÉCÉDENTES ÉDITIONS ?

A la première édition, il était surtout question de permettre aux entreprises africaines de cerner les composantes de la gouvernance de la ceinture et la route. Nous y sommes parvenus. Nous avons accompagné plusieurs entreprises chinoises vers des marchés ivoiriens. Nous avons établi plusieurs contacts dans ce sens. Cette édition, nous la consacrons aux partenariats et à la mobilisation de nouveaux investissements chinois en Côte d’Ivoire.

A QUEL NIVEAU AUJOURD’HUI SONT LES RELATIONS ENTRE LA CHINE ET LA CÔTE D’IVOIRE? 

Comme je l’ai indiqué, des entreprises chinoises raflent de gros projets de l’État ivoirien. La construction de nombreuses infrastructures est pilotée par des entreprises chinoises. La coopération culturelle bat également son plein. Nous sommes inscrits dans cette dynamique.