Le gouvernement chinois a démenti le 13 février les informations du Wall Street Journal affirmant que des diplomates chinois s’entretenaient avec l’opposition au président Nicolas Maduro, afin de protéger ses investissements au Venezuela.

« En fait, ces informations sont fausses. Il s’agit de fake news« , a commenté Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, lors d’un point presse quotidien.

Pour le WSJ, des diplomates chinois auraient eu à Washington des entretiens avec des représentants de Juan Guaido, président du parlement vénézuélien soutenu par les Etats-Unis.

Le quotidien américain a indiqué que le gouvernement chinois s’inquiétait de ses projets pétroliers au Venezuela ainsi que des quelque 20 milliards de dollars (17,6 mds €) de dette contractés par le pouvoir vénézuélien auprès de la Chine.

A lire aussi : La Chine de plus en plus agacée par les vénézuéliens

Au cours des dix dernières années, le Venezuela a bénéficié de prêts chinois évalués à plus de 50 milliards de dollars (44 mds e) dans le cadre d’accords prévoyant la fourniture de produits pétroliers pour alimenter l’économie chinoise.

Juan Guaido a estimé dans une interview accordée fin janvier à Reuters qu’il honorerait les contrats passés et tacherait de répondre à son créancier.

A lire aussi : Les Etats-Unis affaiblissent la Chine au Venezuela