Le Pentagone a annoncé son intention d’effectuer plus régulièrement des patrouilles en mer de Chine méridionale, au rythme de deux ou trois par mois.

Dans le cadre de sa campagne sur la liberté de navigation dans ces eaux disputées, le Pentagone tient à réaffirmé ce principe sur fond de conflit territorial entre la Chine et Taïwan, les Philippines, Brunei, la Malaisie et le Vietnam.

Washington prévoit une présence accrue dans la zone

D’après le quotidien américain The Wall Street Journal, « l’objectif est d’adopter une attitude plus constante envers les prétentions chinoises plutôt que de poursuivre l’approche au cas par cas de l’administration de l’ex-président Barack Obama« .

Les patrouilles pourraient inclure des avions militaires américains ainsi que des navires de guerre de la marine américaine, selon le rapport cité par le South China Morning Post (SCMP).

Les responsables américains qui n’ont pas précisé quand et où interviendraient ces nouvelles patrouilles. Ces derniers ont toutefois indiqué que le commandement Pacifique souhaitait deux ou trois opérations de « liberté de navigation » mensuelles au cours des prochains mois.

La Chine avait protesté le 11 août contre le destroyer USS John S. McCain, qui s’était approché à six milles marins du récif Mischief – récif Meiji en chinois -, faisant partie de l’archipel disputé des Spratleys. une frégate chinoise avait alors envoyé des mises en garde par radio.

Washington veut faire pression sur Beijing concernant Pyongyang

D’après le SCMP, certains observateurs diplomatiques ont souligné que ces patrouilles pourraient envenimer les relations sino-américaines et les poussaient sur le chemin de la confrontation. Cette position américaine devrait encourager la Chine à accélérer le déploiement militaire dans la région, ce qui augmenterait la tension dans la région et avec ses voisins.

Zhang Baohui, analyste de la sécurité à l’Université de Lingnan, a expliqué au SCMP que la stratégie pourrait faire partie d’une tentative plus large du président américain Donald Trump d’exercer une pression supplémentaire sur Beijing pour freiner la Corée du Nord.

« la Chine surveillera de près les navires américains et les contrecarrera » (Destroyer Shenzhen 167)

« Les relations sino-américaines sont devenues plus stables depuis la rencontre entre Donald Trump et le président chinois Xi Jinping en avril. Maintenant, il semble que la relation va s’effriter« , a déclaré Zhang Baohui.

Pour cet universitaire, la Chine n’a pas d’intérêt à entamer une confrontation directe avec les Etats-Unis. La position américaine sera une occasion pour Beijing d’intensifier ses opérations , ainsi « l’installation de missiles à longue portée est une option possible », pour Zhang Baohui.

De plus, le gouvernement chinois pourrait faire valoir plus intensément sa souveraineté et son contrôle sur les eaux de la mer de Chine méridionale. De son côté, Pang Zhongying, de l’Université de l’océan à Qingdao, a estimé auprès du SCMP, que les tensions dans la relation sino-américaine pourraient se faire sentir lors de la visite de Donald Trump en Chine, en novembre 2017.

Pour lui, « la Chine surveillera de près les navires américains et les contrecarrera, ce qui entraînera une aggravation des liens entre les deux forces armées ».