Le ton est monté de la part des Philippines, qui dénoncent le plan secret de la Chine de construire une île artificielle sur le récif de Scarborough, situé à 220 km des côtes philippines en mer de Chine méridionale.

Arsenio Andolong, porte-parole du ministère de la défense philippin, a expliqué à la presse que la présence chinoise « est le prélude à des activités de construction sur le récif« . Ce dernier a présenté des preuves photographiques de la présence de deux bateaux chinois approchant le récif de Scarborough.

Ce récif est revendiqué par la Chine, les Philippines et Taïwan.  Arsenio Andolong a indiqué que son pays poursuit les activités de surveillance de leur présence et de leurs activités, considérées « inquiétantes« .

Interrogé par le site canadien, La Presse, Carl Thayer de l’université australienne de New South Wales, a expliqué que « nous pourrions nous retrouver avec une confrontation physique ente les garde-côtes chinois et des bateaux philippins soutenus par la marine américaine ».

Le président américain, Barack Obama, a appelé au respect de la décision de la Cour Permanente d’Arbitrage, stipulant que les revendications chinoises sur ses « droits historiques » sur les zones maritimes délimitées par la « ligne des neuf traits » sont contraires à la convention des Nations unies sur le droit de la mer de 1982.

Barack Obama a ajouté que « l’arbitrage de juillet, qui fait date et est contraignant, a permis de clarifier les droits maritimes dans la région », lors du dernier jour du Sommet de l’ASEAN. Le président américain a assuré que « les États-Unis continueront de survoler et de naviguer » en mer de Chine méridionale.

De son côté, la Chine dément toute construction sur le récif litigieux, assurant qu’il n’y a aucune modification à la situation entourant le récif de Scarborough.

« Étant donné la crise prévalant dans la région, certaines personnes tentent d’envenimer la situation en répandant ce type d’information. Je crois que tout un chacun devrait être prudent à l’égard des intentions », a déploré le porte-parole du ministère des affaires étrangères Hua Chunying.

Le vice-ministre chinois des affaires étrangères, Liu Zhenmin, a indiqué que « la Chine est optimiste sur ses chances de travailler avec les Philippines pour améliorer progressivement notre relation », assurant que « ces trente dernières années, notre relation était apaisée. Ce n’est que récemment, à cause de problèmes connus de tous, que la relation s’est détériorée ».