Le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin a rencontré son homologue chinois Wei Fenghe ce 22 novembre au Cambodge, alors que la Chine et les Etats-Unis s’efforcent de mesurer les tensions.

Cette rencontre, en marge d’une conférence des ministres de la Défense à Siem Reap, est la première entre Lloyd Austin et Wei Fenghe depuis juin, avant la visite de Nancy Pelosi, grande figure de la politique américaine, à Taïwan, l’île revendiquée par Pékin, ce qui avait rendu les autorités chinoises furieuses.

Le désaccord autour de Taïwan a été au centre de la rencontre. La Chine avait jugé que la visite, début août, de Nancy Pelosi était une provocation majeure. C’était alors la plus haute responsable américaine à se rendre sur l’île depuis des décennies. Nancy Pelosi a renoncé au poste de cheffe des démocrates dans la future Chambre des représentants américaine, où les républicains ont obtenu la majorité.

Depuis, la Chine et les États-Unis ont tenté d’apaiser les tensions en organisant des rencontres entre hauts responsables. Le 14 novembre, les présidents Joe Biden et Xi Jinping se sont rencontrés pendant trois heures lors d’un sommet du G20 à Bali, en Indonésie.

Lire aussi : Trois heures d’entretiens entre Xi Jinping et Joe Biden

Il s’agissait des premiers entretiens en personne entre les dirigeants des deux plus grandes économies du monde depuis qu’ils sont présidents. Cette rencontre a été suivie d’un entretien entre Xi Jinping et la vice-présidente américaine Kamala Harris lors du sommet Asie-Pacifique à Bangkok.

Lire aussi : Rencontre entre Xi Jinping et Kamal Harris en marge de l’APEC

Kamala Harris a renforcé le message de Joe Biden selon lequel les deux pays doivent « maintenir des lignes de communication ouvertes pour gérer de manière responsable la concurrence entre nos pays », selon un responsable de la Maison Blanche.

Selon les médias chinois, Xi Jinping a déclaré à Kamala Harris que sa rencontre avec M. Biden était « stratégique et constructive », et qu’elle revêtait une « grande importance pour l’orientation des relations sino-américaines » à l’avenir.

Un responsable de la défense américaine a indiqué que les discussions entre Lloyd Austin et Wei Fenghe avaient été «productives» et «professionnelles». «Les deux parties ont convenu qu’il était important que nos pays travaillent ensemble pour éviter que la compétition ne dégénère en conflit», a déclaré ce responsable aux journalistes.

Lloyd Austin a cherché à «rouvrir un certain nombre de dialogues et de mécanismes entre militaires pour aider à gérer cette compétition de manière responsable», a-t-il ajouté.

La Chine et les Etats-unis «ont convenu de l’importance de relancer un certain nombre de ces mécanismes spécifiques dont elles ont discuté, et nous nous réjouissons de les voir mis en œuvre dans les mois à venir».

Un porte-parole du ministère chinois de la défense a qualifié cette conversation de «sincère, approfondie, pratique et constructive». Elle est d’une grande importance pour remettre les relations sino-américaines sur les rails, a-t-il déclaré.

«Au cours de la réunion, les deux parties ont reconnu que les deux armées devraient sérieusement mettre en œuvre l’important consensus atteint par les deux chefs d’État, maintenir la communication et le contact, renforcer la gestion des crises et travailler dur pour maintenir la paix et la stabilité régionales», a déclaré le porte-parole.

«La Chine attache de l’importance au développement des relations militaires bilatérales, mais les États-Unis doivent respecter les intérêts fondamentaux de la Chine», a ajouté ce dernier.

Wei Fenghe a souligné que la question de Taïwan était au cœur des intérêts de la Chine, et la première ligne rouge insurmontable des relations sino-américaines, selon le porte-parole. «Taïwan est chinois, c’est une question qui doit être résolue par le peuple chinois seul, et aucune force extérieure n’a le droit d’interférer».

Or en août, Taïwan a annoncé prévoir une augmentation record de son budget de défense après que la Chine a procédé à d’énormes exercices militaires en réponse à la visite de Nancy Pelosi.

Le ministre américain a réaffirmé que les États-Unis «continueraient de respecter leurs engagements au titre de la loi sur les relations avec Taïwan», notamment la fourniture d’armes pour son auto-défense. Pékin a accru la pression militaire sur Taïwan ces dernières années. D’ailleurs en 2021, Taïwan a enregistré environ 970 incursions d’avions chinois dans sa zone de défense aérienne, selon une base de données compilée par l’AFP, soit plus du double qu’en 2020.

Les activités des avions militaires chinois autour de Taïwan ont été évoquées par Lloyd Austin lors de ses entretiens avec Wei Fenghe, a indiqué le responsable américain aux médias, dont l’Agence France Presse.

«Le secrétaire d’État Austin a également fait part de ses inquiétudes quant à la fréquence des interceptions aériennes dangereuses ou risquées de l’Armée populaire de libération (PLA)», et ils ont abordé un certain nombre de questions régionales, notamment la Russie et la Corée du Nord.