Xie Zhenhua et John Kerry, émissaires chinois et américains pour le climat, se sont rencontrés le 23 mai lors d’une table ronde au cours du Forum économique mondial de Davos, où ils ont échangé en compagnie du président du FEM, Borge Brende

Xie Zhenhua, envoyé spécial de la délégation chinoise sur le climat au Forum de Davos, était le seul représentant du gouvernement chinois à participer au Forum économique mondial (FEM) de cette année 2022 en Suisse. Ce dernier a rencontré John Kerry dans le cadre du dialogue intitulé «Sauvegarder notre planète et notre peuple». Il s’agissait de la première rencontre en face à face des deux émissaires depuis les pourparlers sur le climat de novembre à Glasgow.

LE TEMPS DE L’ACTION

Interrogé par des journalistes sur l’ambiance lors de la rencontre, Borge Brende a indiqué qu’ils ont « toujours de grandes attentes lorsque nous avons deux des personnes les plus importantes de la planète en matière de changement climatique dans notre plénière. Nous sommes donc très privilégiés ».

Xie Zhenhua a souligné que « ce n’est plus seulement une question de mots, c’est une question d’action. L’action, maintenant, est essentielle ». Ce dernier a appelé à transformer radicalement le fonctionnement de l’économie mondiale si « nous voulons éviter une catastrophe climatique », selon un article publié sur le site Internet du Forum économique mondial.

Xie Zhenhua et John Kerry ont travaillé en étroite collaboration pour trouver des solutions climatiques. L’émissaire américain a d’ailleurs noté que «pendant au moins les 8 prochaines années, nous devons changer radicalement notre système économique et notre dépendance aux combustibles fossiles si nous voulons rester alignés sur les objectifs de l’Accord de Paris. C’est la vraie bataille de notre temps», selon le communiqué de WEF.

Xie Zhenhua a souligné que la Chine prendra des mesures dans trois domaines : la formulation de politiques, la transformation énergétique et les puits de carbone forestiers, avec notamment la promotion de la transformation de l’énergie verte et à faible émission de carbone, le renforcement des puits de carbone forestiers, et sa réponse à la «Trillion Tree Campaign» (campagne du millier de milliards d’arbres) lancée par le FEM en s’efforçant de planter 70 milliards d’arbres en 10 ans.

ALLER VERS PLUS DE COOPÉRATION

« Pour la Chine et les États-Unis, le secteur climatique est un domaine qui mérite davantage de coopération, dans lequel la Chine a fait preuve d’une attitude positive, bien que le manque de continuité et de crédibilité des États-Unis soit une source de préoccupation », ont avancé des experts chinois.

En avril 2021, Xie Zhenhua et John Kerry ont publié une déclaration commune qui a été considérée comme un signal positif surprenant. Il était très important que les deux responsables se rencontrent à nouveau à Davos après la déclaration, a déclaré Ma Jun, fondateur de l’Institut des affaires publiques et environnementales.

Lire aussi : John Kerry se rend en Chine pour discuter du climat

Interrogé par le quotidien Global Time, Ma Jun a indiqué que « des problèmes climatiques plus graves à l’ombre de la pandémie de COVID-19, la pollution due à l’utilisation accrue d’énergie fossile causée par la crise ukrainienne, le rebond des émissions mondiales de carbone qui s’est produit en 2021, et la recherche et la coopération sur les technologies zéro carbone sont tous des problèmes que les deux envoyés sont susceptibles d’explorer ».

« La Chine et les États-Unis sont les deux plus gros émetteurs de carbone au monde, mais aussi les plus capables de mener des recherches et de coopérer. Sur les questions climatiques, les deux partagent un consensus fondamental et des intérêts communs, il existe donc également des perspectives de coopération, même si les États-Unis ont toujours un état d’esprit compétitif envers la Chine », a avancé l’expert environnemental.