vendredi, mai 24

Risques climatiques : la Chine et les États-Unis les plus exposés

Certaines régions de Chine et des États-Unis, devenues cruciales l’économie mondiale, sont les plus exposées aux effets destructeurs du changement climatique, selon une étude publiée le 20 février.

Cette étude analyse les risques climatiques pour les bâtiments. La société XDI, basée en Australie et spécialisée dans l’évaluation des risques climatiques pour le compte d’investisseurs ou analystes financiers, a passé en revue plus de 2600 territoires à travers le monde afin de classer leur vulnérabilité à l’horizon 2050.

«On obtient un signal très fort sur des pays comme la Chine, les États-Unis et l’Inde. Il s’agit en gros des moteurs de l’économie mondiale, où se concentrent de nombreuses infrastructures», a résumé Karl Mallon, directeur de la science et de l’innovation de XDI, lors d’une présentation à des journalistes.

La Chine, les États-Unis et l’Inde concentrent à eux seuls 80% des 50 territoires les plus à risque, selon le classement dévoilé par XDI. Sur les 10 premiers, neuf sont chinois, à commencer par les provinces de Jiangsu, Shandong et Hebei à l’est du pays. La carte du monde publiée par XDI se colore ainsi nettement de nuances de rouge (signe du risque) en Chine.

De leurs côtés, des États américains figurent également en bonne place dans le classement : Floride (10e), Californie (19e), Texas (20e)… Des régions d’Inde, d’Indonésie ou encore du Brésil sont aussi particulièrement menacées. En Europe, le land allemand de Basse-Saxe est le territoire le plus exposé (56e rang mondial).

La méthodologie de XDI se concentre sur le risque pour les bâtiments posé par huit conséquences du réchauffement climatique : les inondations fluviales et de surface, les inondations côtières, la chaleur extrême, les incendies de forêt, les mouvements de terrain (liés à la sécheresse), les vents extrêmes et le gel-dégel. Les calculs se fondent sur un scénario pessimiste des experts climat de l’ONU, le GIEC, d’un réchauffement de la planète supérieur à 3°C d’ici la fin du siècle, avec des émissions élevées. Il est généralement retenu comme base d’évaluation du risque par les banques, selon XDI.

«Nous diffusons cette analyse en réponse à des demandes provenant d’investisseurs qui réclamaient des données sur les risques à l’échelle régionale», a expliqué Rohan Hamden, le directeur général de XDI. «Dans la mesure où les infrastructures bâties se superposent généralement à des niveaux élevés d’activité économique et de valeur en capital, il est impératif que le risque physique lié au changement climatique soit mieux compris et évalué», a expliqué le chercheur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *