Le gouvernement taïwanais a jugé le 8 janvier irresponsable la mise en place unilatérale par la Chine continentale de nouveaux corridors aériens empruntant le détroit de Taïwan, estimant que cette mesure mettait en danger la sécurité dans la région.

Les autorités chinoises ont ouvert la semaine dernière plusieurs couloirs aériens contestés, dont celui dit M503 dans le détroit de Taïwan, sans en informer Taipei.

Le 4 janvier, la ministre des Affaires continentales, Chang Hsiao-yueh, a fermement protesté contre cette annonce, ainsi que de l’ouverture de plusieurs couloirs aériens d’accès à cette route,  proches de ceux empruntés pour la desserte des archipels taïwanaises de Matsu et de Kinmen, situés au large des côtes chinoises.

Cette décision va l’encontre de l’accord parvenues entre les deux rives en mars 2015 pour l’ouverture du couloir aérien M503. La ministre a ainsi rappelé que des négociations entre Taipei et Beijing avaient permis d’assurer que seuls les vols nord-sud emprunteraient le couloir M503, et que les couloirs d’accès W121, W122 et W123 ne pourraient être mis en service qu’une fois Taiwan consulté.

Chang Hsiao-yueh a exigé, au nom du gouvernement taïwanais, l’arrêt immédiat des vols dans ces couloirs et l’ouverture de négociations pour assurer la sécurité des vols et le bien-être des passagers.

Le 7 janvier, la présidente taïwanaise, Tsaï Ing-wen, a déclaré que « la stabilité à travers le Détroit est importante pour la stabilité régionale. Les récentes actions unilatérales de la Chine – notamment l’extension du couloir aérien M503 et le renforcement des manœuvres militaires – sont déstabilisatrices et devraient être évitées ».

La présidente a demandé au gouvernement chinois d’accorder la priorité au rétablissement de discussions techniques sur les couloirs aériens, estimant que les récentes actions menées par le gouvernement laisse à penser une pression militaire et politique. Cette dernière a aussi ajouté que « Taïwan continuera à sauvegarder le statu quo. Nous appelons toutes les parties à en faire autant ».