Le pétrolier iranien en flammes au large de Shanghai risque d’exploser ou de sombrer, selon Beijing qui craint un désastre environnemental sans précédent. Le tanker Sanchi détient 136 000 tonnes d’hydrocarbures légers (condensats). Lors de la collision dans la nuit du 6 au 7 janvier 2018 avec un navire de fret chinois, le pétrolier était en proie à un brasier.

Selon le ministère chinois des transports, des secouristes tentent de venir en aide à l’équipage, mais ils ont été repoussés par le nuages toxiques. Lu Kang, porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, a expliqué que « l’environnement et les conditions en mer ne sont pas très propices aux opérations de recherche et de secours ».

Cependant un corps non identifié a été retrouvé, à quelques kilomètres du pétrolier, mais « ne peut pas être facilement identifié », a indiqué de son côté Alireza Irvash, un responsable du consulat d’Iran à Shanghai. Le tanker se dirigeait vers la Corée du Sud, lui et son chargement étaient assurés, ont précisé les autorités iraniennes.

Collision en mer de Chine orientale : 32 disparus

« Nous sommes en train de voir comment éviter toute autre catastrophe », a également précisé Lu Kang en référence aux fuites d’hydrocarbures dans la mer. Des experts environnementaux s’inquiètent déjà d’une possible catastrophe écologique liée aux fuites d’hydrocarbures.

L’ONG Greenpeace s’est déclarée « préoccupée par les potentiels dégâts environnementaux provoqués par le million de barils de pétrole brut à bord« . Si la totalité de la cargaison du pétrolier se déversait dans la mer, cela constituerait une des pires marées noires des dernières décennies.

« Il est très probable que cela va détruire toute vie marine dans une vaste zone », a indiqué à l’Agence France Presse, Wei Xianghua, spécialiste de l’environnement à l’université Tsinghua.

Même dans le meilleur des cas, un retour à la normale prendra « longtemps », selon ce navire. Deux navires chinois spécialisés étaient le 8 janvier sur les lieux de la catastrophe pour tenter de contenir la fuite, a indiqué le ministère des Transports.