L’ambassadeur de Chine aux Etats-Unis, Qin Gang, a mis en garde contre la possibilité d’un « conflit militaire » à propos de Taïwan, accusant Taipei de « marcher sur la voie de l’indépendance ».

« Si les autorités taïwanaises, encouragées par les Etats-Unis, continuent de marcher sur la voie de l’indépendance, la Chine et les Etats-Unis, les deux grands pays, risquent de s’engager dans un conflit militaire », a déclaré Qin Gang dans une interview à la radio nationale, dans la journée du vendredi.

L’ambassadeur de Chine a également averti que Washington « jouait avec le feu », dans des propos plus sévères que ceux habituellement tenus par le gouvernement chinois, concernant les tensions entre les deux pays.

Il a également noté que Taïwan est le « plus grand baril de poudre » auquel la Chine et les Etats-Unis sont actuellement confrontés, avec un certain nombre de problèmes affectant les relations sino-américaines, et notamment la répression de la minorité musulmane ouïghoure par Pékin.

« L’autorité taïwanaise œuvre sur la voie de l’indépendance, avec l’encouragement des États-Unis. La Chine ne s’engagera donc pas à renoncer aux moyens non-pacifiques pour la réunification (de Taiwan avec la Chine) dans la mesure où c’est dissuasif », a déclaré Qin Gang.

Ces derniers mois, Taïwan a connu une escalade des incursions de l’aviation militaire chinoise dans son espace aérien de défense. Ces intrusions sont un moyen pour les chinois de rappeler que Taiwan fait partie intégrante de sa souveraineté.

La réaction de l’ambassadeur de Chine intervient après la rencontre entre Kamala Harris et son homologue taïwanais, William Lai, alors qu’ils assistaient à l’investiture de la première présidente du Honduras, Xiomara Castro.

« La Chine s’oppose constamment à toute forme d’interaction officielle entre les États-Unis et Taïwan », a déclaré le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, lors d’une conférence de presse à Pékin.

La chaîne américaine NBC a rapporté que Kamala Harris avait déclaré lors d’un point presse qu’elle avait parlé avec William Lai de leur intérêt commun pour l’Amérique centrale et de la stratégie des « causes profondes » de l’Administration américaine pour limiter l’immigration.

Kamala Harris a affirmé que le bref échange avec William Lai a porté sur l’intérêt commun pour cette partie de la région, ainsi que celui de Taïwan pour la stratégie américaine.

Bien que les États-Unis n’aient pas de relations diplomatiques formelles avec Taïwan, son soutien politique et ses ventes d’armes à Taipei sont parmi ses principales sources de discorde avec la Chine.

Pour sa part, la Taiwan Central News Agency a décrit la rencontre avec William Lai et Kamala Harris comme une « simple salutation », soulignant que les Etats-Unis et Taiwan ont parlé « brièvement et ont interagi normalement ».

William Lai a assuré aux journalistes voyageant avec lui que lorsqu’il s’est entretenu avec Harris, il a remercié les États-Unis pour leur « forte » assistance à Taïwan, et qu’il pensait que Harris était « très compétente », a rapporté l’agence de presse taïwanaise.

Il convient de noter que le Honduras est l’un des 14 pays qui entretiennent des relations diplomatiques officielles avec Taïwan.