Après la visite de Nancy Pelosi et d’une délégation de la Chambre des représentants, dont elle est présidente, un gouverneur américain s’est rendu à Taipei, en pleines tensions avec la Chine.

Les Etats-Unis assurent ne pas vouloir céder aux menaces de la Chine. De son côté, la Chine a exhorté les Etats-Unis à ne pas se tromper sur la résolution de la Chine à défendre sa souveraineté et son intégrité territoriale.

LES ÉTATS-UNIS ASSURENT SOUTENIR TAÏWAN

Le gouverneur de l’Indiana, Eric Holcomb, a rencontré ce 22 août la dirigeante de Taïwan, plusieurs jours après l’annonce par Washington de négociations commerciales avec Taipei et dans un contexte de vives tensions avec la Chine sur la souveraineté de Taiwan.

Lire aussi : Washington et Taipei vont entamer des discussions pour un accord commercial

Eric Holcomb, le gouverneur républicain de l’Etat américain de l’Indiana, a atterri le 21 août à Taïwan pour un voyage officiellement divisé en grande partie aux questions économiques.

Lors de sa rencontre avec Tsai Ing-wen, cette dernière a fait directement référence aux exercices militaires menés par Pékin et appelé «les (démocraties) alliées» à «s’unir et renforcer leur coopération dans tous les domaines» face à «l’expansion de l’autoritarisme» à travers le monde.

Les Etats-Unis et Taïwan «partagent de nombreux intérêts, valeurs communes et objectifs (…). Nous continuerons à chercher à construire un partenariat stratégique avec vous», a de son côté déclaré le gouverneur américain.

Eric Holcomb va rencontrer des représentants de l’industrie taïwanaise des semi-conducteurs, avant de se rendre le 24 août en Corée du Sud.

Les tensions entre les Etats-Unis et la Chine sont extrêmement tendues depuis que les autorités chinoises ont considéré comme une provocation la visite à Taïwan, début août, de la présidente de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi.

Retrouvez l’ensemble des articles autour de la visite de Nancy Pelosi à Taiwan

Pékin a répondu en imposant des sanctions commerciales à Taiwan, et par des exercices militaires sans précédent dans les airs et les eaux du détroit de Taïwan. Pékin revendique la souveraineté sur Taïwan et s’est promis de la reprendre pacifiquement, mais pourrait utiliser la force si nécessaire.

PEKIN RÉITÈRE SA POSITION 

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a réagit aux propos du secrétaire d’État adjoint des Etats-Unis chargé des affaires de l’Asie de l’Est et du Pacifique, Daniel Kritenbrink, concernant la réponse de la Chine à la visite de la présidente de la Chambre des représentants des Etats-Unis, Nancy Pelosi, à Taiwan.

Wang Wenbin a exhorté le 19 août Washington à ne pas se méprendre sur la ferme résolution de la Chine pour sauvegarder sa souveraineté et son intégrité territoriale. « Le contexte, la cause et le cours des événements sont parfaitement clairs en ce qui concerne la visite provocatrice de Nancy Pelosi dans la région chinoise de Taiwan », a indiqué ce dernier.

« Ce sont les Etats-Unis qui sont revenus sur leur engagement envers le principe d’une seule Chine, et qui ont compromis la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Chine, non pas l’inverse. Ce sont les dirigeants américains qui sont allés à Taiwan soutenir les activistes séparatistes de l’indépendance de Taiwan, non pas les responsables chinois qui sont allés aux Etats-Unis soutenir l’indépendance » de l’Alaska », a déclaré le porte-parole de la diplomatie chinoise.

Ce dernier a indiqué que « la seule solution au problème est de revenir aux trois communiqués conjoints sino-américains et au principe d’une seule Chine, au lieu de fuir les responsabilités et détourner les reproches, ou encore d’agir de manière irresponsable pour créer une plus grande crise ».