Les scientifiques ont lancé le 21 mai un satellite relais destiné à établir une communication entre la Terre et une sonde lunaire qui va explorer la face cachée de la Lune.

Baptisé «Queqiao» («Pont de pie»), le satellite va se placer en orbite à environ 455 000 kilomètres de la Terre et sera le premier satellite de communication au monde à opérer à cet endroit.

Ce satellite relais est un type de satellite de communications offrant des services de transmission des données, d’observation et de contrôle à d’autres vaisseaux. Un lien de transmission de données stable à longue distance est un objectif technologique important pour les experts dans ce domaine à travers le monde.

Queqiao est développé par la China Spacesat Co., dépendant de l’Académie de technologie spatiale. L’engin est, selon les experts, le premier satellite au monde opérant en orbite autour du point L2 du système Terre-Lune à établir un lien de communications entre les contrôleurs sur Terre et la sonde.

Les scientifiques ont conçu plusieurs antennes pour le satellite relais, dont une en forme de parapluie de 5 m de diamètre qui s’ouvrira dans l’espace après la séparation du satellite de la fusée porteuse.

Les experts ont effectué d’innombrables expérimentations durant le développement de l’antenne, a indiqué Chen Lan, ingénieur en chef adjoint du bureau de l’académie à Xi’an. Résistant à des températures atteignant -230 degrés, le satellite «revêt une grande importance en matière scientifique et d’ingénierie pour l’exploration de l’univers», selon Zhang Lihua, directeur du projet du satellite relais.

Les scientifiques chinois ont déjà placé une série de satellites relais en orbite géosynchrone à une altitude de 36 000 km pour les vaisseaux habités. Ce lancement représente pour la Chine un pas important. L’objectif sera d’envoyer la sonde lunaire Chang’e-4, pour qu’elle se pose en douceur sur la face cachée de la Lune.

Il s’agit d’une «étape-clé pour que la Chine atteigne son objectif d’être le premier pays à envoyer une sonde atterrir sur la face cachée de la Lune et l’explorer», a déclaré Zhang Lihua, directeur du projet du satellite relais à l’agence de presse, Xinhua.

Le centre de lancement prévoit d’envoyer à terme un homme sur la Lune. La Chine veut devenir une puissance spatiale. Elle investit des milliards d’euros dans ses programmes spatiaux, afin de rattraper l’Europe et les Etats-Unis d’ici 2030. Elle a prévu de débuter l’année prochaine la construction de sa propre station spatiale habitée.