La Banque Populaire de Chine a annoncé la faillite d’une banque commerciale, pour la première fois depuis 20 ans.

La banque a autorisé la liquidation du prêteur régional Baoshang Bank, un an après la prise de contrôle de l’institution. La décision de laisser la banque faire faillite est une première pour le gouvernement chinois, qui refusé de laisser les prêteurs faire faillite, afin de saper la confiance dans le système bancaire du pays.

«La Banque de Baoshang sera mise en faillite et les fonds propres d’origine et les droits des créanciers non protégés seront liquidés conformément à la loi», a déclaré la Banque Populaire de Chine dans sa déclaration trimestrielle de politique monétaire.

La décision a été prise après avoir constaté une «grave insolvabilité» lors de l’examen de l’activité de Baoshang par le régulateur, a déclaré la banque centrale. Baoshang Bank est une banque rurale de la province de Mongolie intérieure, a avoir été placée sous le contrôle du régulateur bancaire chinois en raison de «risques de crédits sérieux».

En juin 2019, cette prise de contrôle, d’une durée d’un an, vise «à protéger les droits et les intérêts des déposants et autres clients», ont indiqué les autorités chinoises.

La prise de contrôle de Baoshang par le gouvernement chinois est la première depuis la saisie de la Banque de développement de Hainan en 1998. Cette prise de contrôle a entraîné un resserrement des liquidités pour les banques en Chine, les grandes institutions devenant réticentes à prêter aux plus petites.

«Ils doivent réduire l’aléa moral, et il n’y a pas de meilleur cas que la Banque Baoshang», a déclaré Alicia Garcia Herrero, économiste senior pour l’Asie chez Natixis. En août 2020, le journal China Finance a révélé que Tomorrow Group, le conglomérat financier en difficulté contrôlé par le milliardaire disparu Xiao Jianhua, avait utilisé plus de 200 sociétés fictives pour emprunter 156 milliards de Rmb (22,5 milliards de dollars) à Baoshang.

Au cours des douze derniers mois, la Chine a connu au moins six opérations bancaires dans cinq provinces, le ralentissement de la croissance économique et les perturbations dues à la pandémie de coronavirus ayant mis à rude épreuve les bilans des prêteurs locaux.

De nombreuses banques locales ont également été confrontées à des défaillances en matière de gouvernance d’entreprise, obligeant le gouvernement chinois a renfloué quatre banques régionales depuis le début de la répression des financements hors bilan en 2018.

Mais la fermeture de Baoshang est une première en Chine depuis la faillite de la Shantou Commercial Bank en 2001. Malgré ces fermetures, les autorités de réglementation ne devraient pas permettre que la faillite devienne la norme pour les prêteurs en difficulté.

Michelle Lam, économiste pour la Chine élargie à la Société Générale, a expliqué au Financial Times que Baoshang ne va probablement pas être un modèle pour faire face aux futures défaillances bancaires.

Le gouvernement chinois a récemment recommandé aux gouvernements locaux de commencer à utiliser des émissions d’obligations spéciales pour consolider les bilans fragiles des prêteurs locaux. Beijing a ajouté que si Baoshang était la première banque de ce type à faire faillite depuis des décennies. Mais «c’est un cas très particulier».

Baoshang était auparavant contrôlé par Xiao Jianhua, un homme d’affaires et milliardaire sino-canadien connu pour gérer les actifs des descendants d’éminents dirigeants chinois. Les autorités chinoises l’avaient kidnappé à Hong Kong et ramené en Chine en 2017. Il avait utilisé les fonds de la banque pour financer l’expansion de nombreuses entreprises qui faisaient partie de son conglomérat Tomorrow Group.