« Peu importe les changements dans la situation internationale, la chose la plus importante pour la Chine est de suivre sa propre voie et d’approfondir inébranlablement la réforme du secteur financier et son ouverture sur le monde extérieur », a déclaré Yi Gang, gouverneur de la Banque populaire de Chine (BPC, la banque centrale du pays).

Banque populaire de Chine

Lors d’un point presse, Yi Gang a indiqué que les tâches prioritaires du gouvernement incluaient l’Accord économique et commercial Chine/Etats-Unis de « phase 1 » et la mise en œuvre des réformes financières et des mesures d’ouverture annoncées au cours de ces dernières années, comme la suppression des restrictions sur les participations étrangères dans les domaines des valeurs mobilières, de la gestion de fonds, des contrats à terme et des quotas restrictifs sur les investissements pour les investisseurs étrangers qualifiés.

La Chine va également approuver l’entrée sur le marché chinois d’institutions comme American Express, MasterCard ou encore Fitch. « La Chine va continuer à promouvoir la pleine mise en œuvre du traitement national de pré-établissement et d’un système de gestion par liste négative, et unifier ses politiques de gestion des changes pour le marché des obligations », a ajouté le gouverneur de la BPC.

« A l’heure actuelle, la dynamique de l’internationalisation du yuan est très bonne. Nous allons continuer à promouvoir de façon active et constante l’internationalisation du yuan et l’ouverture des comptes de capitaux », a annoncé ce dernier.

Les efforts de la Chine pour approfondir l’ouverture « surviennent dans un contexte d’incertitudes mondiales du fait de la pandémie de COVID-19, de la récession économique et du protectionnisme des Etats-Unis ». Selon de nombreux indicateurs de la mi-année, l’économie chinoise a surmonté son ralentissement dû aux tensions du COVID-19 et est revenue à sa croissance du deuxième trimestre (T2).

Au deuxième trimestre 2020, le produit intérieur brut de la Chine a augmenté de 3,2% par rapport à l’année précédente, inversant une contraction de 6,8% au trimestre précédent. Les économistes estiment que la reprise en V du pays ne fait que commencer.

Selon Yi Gang, « les caractéristiques du potentiel et de la résilience de l’économie chinoise n’ont pas changé, et la croissance économique de Chine va continuer de se rétablir au second semestre de cette année ».

« L’économie chinoise est progressivement sortie du marasme et est revenue au niveau qu’elle avait à peu près avant l’épidémie, soutenue par la stimulation qui a donné des signes de reprise du travail des chaînes industrielles et du secteur des services », a déclaré Shao Yu, économiste en chef d’Orient Securities.