La phase 1 de l’accord commercial entre la Chine et les Etats-Unis, signé en janvier, réduira l’incertitude qui pèse sur la croissance économique mondiale.

Kristalina Georgieva

Pour la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva, la phase 1 de l’accord est « un signe encourageant (…), un signe en termes de réduction d’une partie de l’incertitude ».

Cette dernière a expliqué lors d’un événement organisé par le Peterson Institute for International Economics, un groupe de réflexion basé à Washington, que son organisation réalise des projections sur l’impact d’une plus grande certitude sur l’économie mondiale.

Ces doutes sur la Chine et les Etats-Unis seront présentés dans le cadre des Perspectives de l’économie mondiale qui seront publiées lors du Forum économique mondial de Davos, en Suisse.

Le FMI s’attend à ce que l’accord commercial Chine/Etats-Unis soutienne la croissance du produit intérieur brut (PIB) de la Chine. Kristalina Georgieva a indiqué que « cela amène la croissance de la Chine dans des paramètres d’autour de 6% pour 2020, plutôt qu’en dessous ».

En octobre dernier, Kristalina Georgieva avait averti que les tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis « pesaient » sur la croissance mondiale, à un moment où l’économie mondiale traversait un « ralentissement synchronisé ».

Selon les prévisions précédentes du FMI, l’effet cumulatif du conflit commercial Chine/Etats-Unis, à condition qu’aucune mesure ne soit prise, aurait pu entraîner une perte de 0,8% du PIB mondial, soit environ 700 milliards de dollars d’ici 2020.

« Ce que nous voyons maintenant, c’est que nous avons une certaine réduction de cette incertitude, mais elle n’est pas éliminée », a indiqué Kristalina Georgieva. « Nous verrons un rétrécissement de cet impact négatif, mais pas l’éradication de cet impact. »